Equipe: Jayro Bustamante, Margarita Kenéfic, María Mercedes Coroy, Sabrina De La Hoz
Durée: 97‘
Genre: Drame fantastique
Date de sortie: 22/01/2020
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Une maison cossue au Guatemala. Pendant que les femmes prient ensemble dans une pièce, des hommes discutent politique dans une autre pièce de la maison...

Notre critique:

Après l’excellent NUESTRAS MADRES qui portait sur l’après guerre civile au Guatemala, voici LA LLORONA avec pour toile de fond le même épisode guatémaltèque. Cependant, si l’un était résolument politique, le second mêle fantastique et politique.

Avec sa photographie plutôt soignée, LA LLORONA (à ne pas confondre avec THE CURSE OF LA LLORONA) tente un pari difficile, celui de jouer sur des genres complètement différents et de mêler ce qui en général n’est pas miscible. Partant de l’ignominie d’un Général qui a fait passer des exactions de l’armée dans les campagnes pour des soi-disants combats avec la guérilla, le film propose la solution de revanche fantastique qui sied à un tel méchant. En somme, c’est l’au-delà qui est la seule réponse à ces ignobles bourreaux.

Avec la mise en scène plutôt soignée de Jayro Bustamante, son très bon casting, LA LLORONA est du cinéma de genre de haut vol qui propose une autre approche à une dénonciation politique. Il touchera cependant difficilement un autre public que les amateurs de fantastique même si le film joue plus sur la suggestion (et c’est tant mieux) que sur le gore.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...