Titre français: La Belle Vie

Equipe:
Durée: 105‘
Genre:
Date de sortie: 24/03/1998
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Tristan, quinze ans, rêve d'une première expérience sexuelle. Si ce soir, il doit perdre sa virginité, sa tentative sera avortée par un coup de téléphone lui annonçant la mort de ses parents.Dès lors, il partage ses jours entre les plaisirs de l'école et la vie avec son grand-père, apprenant que la survie est parfois plus importante que la vie...

Notre critique:

L’éductation sentimentale a souvent été prisée par le cinéma, faire preuve d’originalité dans ce domaine relève du tour de force. Néanmoins, le premier quart d’heure de LA BUENA VIDA est un régal. On y voit Fernando Ramallo (Tristant) interagir dans le passé de ses parents. Le réalisateur y construit un dialogue savoureux entre le géniteur et sa future descendance. Il en est de même pour l’humour en décalage comme le grand-père, fan de marche à pieds, faisant ses cinq kilomètres par jour… dans le salon. Il aurait pu continuer ainsi jusqu’à la fin et rafraîchir une histoire -somme toute- classique.


Malheureusement, le scénariste/cinéaste espagnol David Trueba (très en vogue actuellement) retombe trop vite dans la carcan habituel: Tristan développe une amitié appronfondie avec sa prof de littérature ou encore sa cousine retrouvée lors des funérailles de ses parents et entame un mini-voyage intiatique avec son grand-père…

Agréable mais inégal.

A propos de l'auteur

Journaliste