Equipe:
Durée: 78‘
Genre:
Date de sortie: 19/05/1998
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Depuis son enfance, Sandra est irrésistiblement attirée par la mort. Cette fascination la conduira à travailler à l'office des pompes funèbres de sa ville. Sa rencontre avec Matt, étudiant en médecine, bouleversera ses valeurs amoureuses qui ne dépasseront pourtant jamais sa passion pour les morts...

Notre critique:

S’il n’est pas outrancier, racoleur ou encore même putassier, KISSED aborde un thème très délicat des relations amoureuses: la nécrophilie.

Si la série des NEKROMANTIC jouait la carte de la provocation et du scandale, leur sujet commun est, ici, abordé avec délicatesse et compréhension. Cette curieuse et complexe thématique est éclairée par le regard novateur et serein de la réalisatrice Lynne Stopkewich. Celle-ci cultive dans la première partie de son oeuvre une certaine fascination envers le personnage de Sandra, remarquable Molly Parker, en l’entourant de mystère et de magie grâce à un savant dosage de lumière. Pourtant, cette quête de la transcendance se verra freinée par l’arrivée d’une seconde partie se révèlant d’un aspect nettement plus didactique.

En nous installant au coeur de l’histoire par le biais de Matt, curieux étudiant éperdu d’elle, Lynne brise là une grande partie de l’aspect charismatique de sa fiction. A force de tentatives de compréhension, elle effrite et finit par briser l’aura qui entourait notre douce nécrophile, conduisant ainsi son film vers une fin inéluctable et quelque part regrettable. Mais il ne faut pas bouder le plaisir d’une mise à nu courageuse de ce thème.

KISSED n’est jamais malsain, c’est sa principale qualité. Tout en étant clair et conçis (sa durée est de 78 minutes), il ne tombe jamais dans une pornographie de bas étage, et la tentative d’explication de ce qui paraît inexplicable ne doit pas décourager les férus de cinéma découverte.

A propos de l'auteur

Journaliste