Equipe:
Durée: 98‘
Genre:
Date de sortie: 07/05/2002
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

L'air avenant, un sourire malicieux au coin des lèvres et le regard caché derrière d'épaisses lunettes noires de soleil, Monsieur Prot est un bien étrange touriste. Surgit de nulle part, il débarque un beau jour en pleine gare centrale de New York, semblant s'amuser de l'incessant va et vient des autochtones aux heures de pointe et prétendant à qui veut l'entendre qu'il vient d'une planète lointaine baptisée K-Pax. Devant ses surprenantes et hallucinantes déclarations, la police quelque peu désemparée n'a d'autre solution que d'emmener le docile et extravagant voyageur vers l'hôpital psychiatrique le plus proche. C'est là qu'il va croiser la route du docteur Mark Powell qui bien que n'en étant plus à son premier cas de dédoublement de personnalité dans sa carrière, est particulièrement intrigué par les délires d'extraterrestres de son nouveau patient auxquels les médicaments même à dose de cheval restent sans effet. Au fil des semaines d'étonnants évènements liés à l'arrivée de Prot vont progressivement bouleverser la tranquillité de l'hôpital et lorsqu'un beau jour ce dernier annonce son départ pour sa planète le 27 juillet prochain, tous les malades veulent à tout prix partir avec lui. De séances d'analyse en entretiens, une course contre la montre s'engage alors entre le dubitatif psy et son loufoque patient qui en ne cessant de déjouer les pièges qu'on lui tend, commence à semer le doute et le trouble dans l'esprit cartésien du brillant praticien.

Notre critique:

Amis terriens habitués aux films de science fiction truffés d’effets spéciaux pyrotechniques, de bestioles monstrueuses ou d’extraterrestres à l’index hypertrophié sur fond de scénario où planent une pléthore d’invasions malveillantes et une abondance de théories du complot, K-PAX se propose de vous reposer les mirettes sans pour autant vous éviter une surchauffe du cerveau. A la fois conte magique, comédie divertissante, drame humain et detective story, jouant sur l’imagination et la suggestion, ce film qui ne relève d’aucun genre tout en en empruntant à de nombreux, nous invite à dépasser les frontières de la stricte rationalité et à jouer avec nos doutes.

Après avoir établi sa marque en signant BACKBEAT, HACKERS et surtout l’adaptation du roman d’Henry James, THE WINGS OF THE DOVES, Iain Softley nous revient avec cette drôle de fable qui met en scène deux monstres sacrés de la galaxie hollywoodienne dans un passionnant et brillant face à face drôle et émouvant qui parvient à nous tenir en haleine de bout en bout. La fossette irrésistible, dès les premières images Kevin Spacey, énigmatique et insondable, nous balance un affreux dilemme à la figure; dilemme qui ne cesse de tanguer et basculer au rythme de ses péripéties et facéties. Prot est-il le malade le plus fou et le plus délirant de la planète ou l’E.T. le plus cultivé et malicieux du cinéma? A cette question qui nous taraude, Jeff Bridges lui aussi au sommet de sa forme, en psychiatre cynique et blasé multiplie les indices des deux possibilités de manière subtile et égale pour le plus grand plaisir de notre imagination fertile qui a tout loisir de déborder.

Si les doux rêveurs risquent d’avoir la tête pleine d’espoir et d’optimisme et le cerveau qui fume encore à la sortie de la projection (à ce propos on vous recommande aussi le générique); il se peut aussi que les plus terre à terre n’y voient qu’un opus supplémentaire sur le thème de la médecine psychiatrique. Bon c’est vrai que K-PAX n’échappe pas à la galerie des doux dingues colorés ni à la petite note sentimentale finale mais hormis ces quelques fautes de goût on aurait tort de se priver et de ne pas se régaler d’un tel mets. Sans pour autant changer notre façon de manger les bananes, espérons que ce film nous serve à douter plus souvent et à remettre en question notre point de vue sur le monde qui nous entoure, alors la réalité aura dépassé la fiction.

A propos de l'auteur

Journaliste

Journaliste