Equipe: Adriana Ugarte, Emma Suárez, Inma Cuesta, Michelle Jenner, Pedro Almodovar, Rossy de Palma
Durée: 99‘
Genre: Drame
Date de sortie: 18/05/2016
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Madrid. Julieta range ses affaires dans des cartons car elle s’apprête à partir au Portugal avec son compagnon. Mais en sortant de chez elle, elle rencontre une des anciennes amies de sa fille, Antia. Elle lui dit l’avoir vue il y a peu alors que Julieta ne l’a plu vue depuis plus de douze ans...

Notre critique:

Présenté à Cannes en compétition, JULIETA est le nouveau film de Pedro Almodovar trois ans après le décevant LOS AMANTES PASAJEROS, comédie déjantée en forme de fable divertissante. Il faut dire qu’avant cela, LA PIEL QUE HABITO, sorte d’YEUX SANS VISAGES, avait mis la barre très haut dans la maitrise de sa mise en scène et de son scénario.

Avec JULIETA, Almodovar revient vers un sujet moins foisonnant, mieux maitrisé, entre drame et thriller, qui tourne autour d’une femme au passé passionné mais douloureux. Il embarque son spectateur dans un gros flashback retraçant la vie de Julieta et expliquant comment cette dernière a pu perdre sa fille de vue pendant plus de douze ans.

C’est cette intrigue qui relève bien sûr du thriller (que la musique de Alberto Iglesias met d’ailleurs bien en évidence en adoptant des sonorités Herrmanniennes), tandis que le drame et l’introspection sont plus portés par les rapports qu’a entretenus Julieta avec son amour fou Xoan et les personnages de son entourage. Comme toujours chez Almodovar, cinéaste de la sensualité, ce sont les femmes qui font l’histoire puisque ce sont elles qui prennent leur destin en main et qui servent de moteur au récit.

Pour interpréter Julieta, Almodovar a choisi deux comédiennes pour les deux ‘âges’ de son personnage pour parfaire celui-ci en lui donnant une consistance correspondant à chacune des époques de la vie de Julieta. Adriana Ugarte et Emma Suarez sont ainsi les deux faces de la même médaille, deux excellentes interprètes pour donner sa consistance à Julieta.

Indépendamment de tout ça et même si la mise en scène est très solide, calme, posée et efficace, JULIETA n’est pas un grand Almodovar, peut-être parce que le sujet, déjà vu, manque d’une certaine force, balançant trop entre le thriller et le drame. Il y a donc peu de chance, malgré ses qualités, que l’on tienne-là la Palme d’Or 2016…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...