Equipe:
Genre: Biographie
Date de sortie: 03/09/2013
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Réunion du personnel chez Apple en 2001. Steve Jobs explique a un parterre choisi d'employés que les ventes des iMac se portent plutôt bien avant de présenter un tout nouveau moyen d'écouter de la musique: l'iPod...

Notre critique:

Après la mort prématurée de Steve Jobs en octobre 2011 à l’âge de 56 ans, il va sans dire que l’homme, déjà adulé de son vivant, atteint alors un statut mythique qu’Hollywood s’empresse d’imaginer en fiction de cinéma. Résultat: moins de deux ans après sa disparition, sort le premier long métrage consacré à celui qui a rendu possible l’aventure de l’ordinateur personnel.
Inspiré du livre d’entretiens de Walter Isaacson, JOBS pouvait donc à priori être une intéressante variante du téléfilm PIRATES OF SILICON VALLEY proposant une vue plus réaliste sur Steve Jobs et plus ‘historique’ sur le phénomène Apple.
Mais voilà, la surprise est bien au rendez-vous mais pas forcément où on l’attendait au départ. Alors qu’on se posait des questions sur le choix du casting, Ashton Kutcher se révèle être un excellent Steve Jobs tant il a réussit à s’accaparer les mimiques et le vocabulaire du créateur d’Apple et le reste du casting de Wozniak à John Sculley est lui aussi sans restriction une des meilleures surprises du film. Idem pour l’absence de glorification tout azimut: Steve Jobs est bien montré comme un sale type qui vire hors de chez lui une femme qu’il a mis enceinte ou comme un tyran faisant peur à beaucoup ou encore comme un égocentrique typique…
Par contre, les points négatifs sur le récit en lui-même sont foison: l’histoire s’attache au début d’Apple et s’achève en 2001 sans parler de la grand époque de la marque à la pomme, beaucoup de raccourcis sont pris avec l’histoire de l’informatique en soi et des inexactitudes sont observées de ci de là dans le cours du récit… Tout cela n’aide pas à mieux comprendre l’homme et son caractère inventif, n’explique ni n’éclaire en aucune façon son côté visionnaire.
Et finalement, lorsque l’on voit la mise en scène, on se retrouve avec une fois de plus un téléfilm en lieu et place d’une vraie biographie de cinéma. Il manque à JOBS toute l’ampleur que l’on aurait attendue d’une biographie d’un homme qui sans nul doute marqué la fin du 20e siècle et le début du 21e.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...