Titre français: Morts De Peur

Equipe:
Durée: 90‘
Genre:
Date de sortie: 29/01/2002
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Cela paraissait pourtant être une bonne idée. Trish et Darryl, soeur et frère, quittent le collège ensemble et rejoignent le domicile familial à bord d'une vieille voiture déglinguée. Ils empruntent des routes nationales qui s'étalent paisiblement à travers la campagne américaine.
rnPaisible? Enfin presque. En chemin, ils tombent sur un affreux camion rouillé qui essaie de les expulser hors de la route, puis sur un épouvantail monstrueux qui jette des corps dans la cave d'une ancienne église. Finalement, tout s'expliquera grâce aux révélations d'une voyante un peu agitée du capuchon: l'épouvantail est un ancien démon qui fait rien que de chasser les gens pour les attraper et dévorer leurs organes afin de régénérer les siens.

Notre critique:

Chouette! Un bon petit film de monstre juste sale où il faut!

rn

Outre cette exclamation de joie issue de la bouche d’un amateur inconditionnel des films de genre, il y a peu à dire sur cette série B bien rythmée, qui jouit d’effets spéciaux convenables mais qui, pourtant, ne réinvente pas la roue. Les personnages principaux ont des réactions illogiques, un instinct de survie probablement gagné dans un paquet de lessive produit blanc, et un bol de héros de film d’horreur. Le monstre est vilain et increvable mais s’avère suffisamment stupide pour rater ses victimes principales pendant les 90 minutes réglementaires. Ceci dit, Victor Silva (POWDER, CLOWNHOUSE) a quelques bonnes idées dont un pitch couillu et prometteur. Dommage qu’il les délaie tant et qu’il en oublie quelques-unes en route.

rn

Tant pis. On se contentera d’un bon frisson glacé, d’une grimace de dégoût et d’un seau de pop-corn. Ce qui n’est finalement pas si mal.

A propos de l'auteur

Journaliste