Equipe:
Durée: 95‘
Genre: Drame
Date de sortie: 28/04/2015
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Franck est gardien de nuit dans un Intermarché. Il passe ses nuits à attendre le matin avant de retrouver son collègue de jour, un gars d’Afrique Centrale avec qui il s’est lié d’amitié...

Notre critique:

Franck, un homme apparemment plutôt cool cherche à éviter les ennuis parce qu’il a été syndicaliste et fauteur de trouble dans une vie antérieure. Difficile pour lui vu ce passé lourd de trouver et de garder du boulot.
C’est donc cet homme entre deux eaux que choisit de dépeindre le scénariste/réalisateur Pierre Jolivet à qui l’on doit MA PETITE ENTREPRISE ou encore FORCE MAJEURE. Il en profite pour dresser un constat social assez dramatique où honneur et dignité sont deux mots qui hélas ne semblent plus avoir de sens.
Et l’on assiste alors à une lente descente aux enfers de son anti-héros qui retrouve la colère cachée en lui depuis son époque syndicaliste. Mêlant un thriller avec une vraie intention de dénoncer un malaise social certain, JAMAIS DE LA VIE repose principalement sur les épaules d’un Olivier Gourmet décidément plus magistral que jamais dans ce type de rôle.
Mais cette dualité, même si elle est bien assumée dans le récit, déforce un peu le côté drame social qui lorgnait lui un peu plus sur les frères Dardenne.

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...