Equipe:
Durée: 150‘
Genre: Film policier
Date de sortie: 31/03/1998
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Jackie est hôtesse de l'air pour une compagnie minable. Même si elle a eu son heure de gloire, elle est maintenant obligée de vivre d'expédients. Un de ceux-là? Passer de l'argent à blanchir pour un trafiquant d'armes, Ordell Robbie. Mais un beau jour, la police se met à s'intéresser de près au trafic d'Ordell et donc à Jackie. Ordell se croit alors trahi et devient menaçant... très menaçant.

Notre critique:

Après deux films ultra-violents mais parfaitement maîtrisés, Tarantino montre ici qu’il est capable de changer de genre tout en gardant son âme et ses grandes qualités de scénariste et de metteur en scène. Basé sur un roman d’Elmore Leonard (Punch Creole), JACKIE BROWN est clairement un hommage à la ‘blaxploitation’ (le cinéma d’exploitation destiné à un public noir) au travers d’un scénario policier alambiqué où les arnaques s’enchaînent les unes après les autres…

Plus posé -mais tout aussi délicieusement bavard- que ses deux autres oeuvres, JACKIE BROWN est un film où Tarantino prend son temps pour exposer les personnages avant de nous plonger dans l’action. Certains y verront probablement quelques longueurs, tandis que d’autres jubileront d’autant plus au moment où les personnages interagiront. Et quels personnages! Samuel Jackson en truand malin mais pas assez, De Niro en truand pas futé pour un sou, Bridget Fonda en californienne planante, Pam Grier en hôtesse ayant roulé sa bosse et Robert Forster en agent probateur ayant tout vu ou presque ; ils sont tous extraordinaires ! Pas un rôle de trop et une grande fluidité dans la narration donnent à ce JACKIE BROWN une saveur cinématographique que l’on ne retrouve à l’heure actuelle que chez des frères Coen ou des John Sayles

Un film qui ne plaira pas à tout le monde pour deux raisons: son bavardage incessant (mais ô combien jubilatoire!) et une certaine lenteur dans la mise en place des personnages… Mais si vous arrivez à passer au-dessus de ces détails, vous vous préparez un moment de cinéma tout à fait savoureux et réjouissant.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...