Equipe:
Durée: 128‘
Genre: Drame policier
Date de sortie: 11/04/2006
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Tout commence par un casse superbement bien préparé à la Manhattan Trust Bank. Mais est-ce un braquage comme les autres?

Notre critique:

Après s’être attaqué aux grands trusts pharmaceutiques dans une fable acerbe (SHE HATE ME), Spike Lee revient à du polar pur jus mais bien évidemment teinté de son style décontracté et inimitable qui, l’air de ne pas y toucher, pique à gauche et à droite un establishment américain puritain, ne manquant pas d’écorcher au passage le Fortune 500.

Sur un scénario tout en finesse Lee, pose une réalisation sans fautes, mélangeant des scènes caméra à l’épaule avec des plans fixes, alternant action et dialogues, mêlant passé et présent pour enrichir son thriller et pour charpenter le mystère. Il arrive à être à la fois dans le détail (lorsqu’il décrit par exemple la mécanique des autorités US face à la prise d’otages) et dans le généraliste avec autant de bonheur. Le bonbon acidulé est enrobé dans une musique de Terence Blanchard aussi éclectique que peut l’être le réalisateur afro-américain.

Enfin, comme toujours, le casting est irréprochable et joue sur tous les registres du talent. Jodie Foster en femme maîtresse arrangeuse de tous les problèmes est superbe, Clive Owen rattrape sans difficultés sa prestation dans DERAILED et Denzel Washington retrouve son réalisateur fétiche avec bonheur.

INSIDE MAN, même si il ne révolutionne pas le genre polar avec braquage, se paie le luxe d’une mise en forme fluide et attractive passant au crible de nombreux sujets touchant ainsi tous les publics et confirmant l’indubitable talent de Spike Lee…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...