Equipe:
Genre: Film de guerre
Date de sortie: 18/08/2009
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Durant les premières années de l’occupation allemande en France, Shosanna Dreyfus assiste à l’exécution de sa famille tombée entre les mains du Colonel nazi Hans Landa. Shosanna s’échappe de justesse et s’enfuit vers Paris où elle va se construire une nouvelle identité comme propriétaire d’une salle de cinéma. Ailleurs en Europe, le Lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains ayant pour but de mener des actions punitives particulièrement sanglantes contre les nazis. « Les bâtards », nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l’actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark pour tenter d’éliminer les leaders du Troisième Reich. Tous ces destins vont se jouer à l’entrée du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle...

Notre critique:

Toujours centré autour des personnages les plus truculents possibles, les films de Quentin Tarantino restent définitivement et d’abord des hommages au cinéma qu’il a aimé plus jeune. C’est encore cette fois-ci le cas avec cet INGLOURIOUS BASTERDS qui balaie largement tous les thèmes chers à Tarantino.

Western (avec de nombreuses musiques empruntées à Morricone), guerre, polar, gore, etc. On pourrait presque qualifié l’enfant terrible du cinéma américain de spécialiste de l’auberge espagnole tant on trouve de tout dans ses films. Il se permet aussi, en faisant se dérouler le dernier chapitre du film entièrement autour d’une salle de cinéma, un clin d’oeil cinéphilique à une époque trouble où Joseph Goebbels était aussi ministre de la culture Nazi.

Se délectant dans les excès, INGLOURIOUS BASTERDS fait la part belle à des dialogues ciselés, jouant aussi sur le mélange des langues pour se moquer de ses modèles (les films de guerre où les nazis parlaient un anglais impeccable sont légion) et se permettant de superbes scènes gore. Et les personnages sont à la hauteur de ces excès! Le colonel SS Hans Landa, interprété par Christoph Waltz (prix d’interprétation à Cannes en 2009), est un monument d’hypocrisie, mélangeant miel et fiel à chaque apparition, tandis que le lieutenant Aldo Raine, chef des ‘apaches’ campé par Brad Pitt, est une brute épaisse basse de plafond, caricature de bien des militaires de cinéma!

On ne peut donc que vous recommander d’aller voir cet INGLOURIOUS BASTERDS tout en vous rappelant de vous équiper de votre sens du troisième degré pour affronter une parodie souvent hilarante, faute de quoi vous risquer de vous heurter au premier degré à un film indigeste…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...