Equipe: Mark Ruffalo, Maya Forbes, Zoe Saldana
Durée: 88‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 07/07/2015
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Boston, 1978. Cameron vient de se faire virer de son job et décide d’emmener ses filles pour célébrer cela au lieu d’aller à l’école.Ce qui pourrait être drôle ne l’est hélas pas vraiment car le comportement de Cameron provient du fait qu’il est bi-polaire. Et sa femme qui l’aime est hélas obligée de l’enfermer pour qu’il ne devienne pas un danger pour toute la famille...

Notre critique:

Premier film de Maya Forbes qui a travaillé entre autres sur le scénario de MONSTER VS. ALIENS, INFINITELY POLAR BEAR oscille habilement entre comédie et drame, entre film familial et film psychologique. Elle joue avec humour et tendresse avec ses personnages, posant une touche d’optimisme à l’intérieur de tous les moments dramatiques les désamorçants habilement sans pour autant les édulcorer.

Mark Ruffalo campe un superbe personnage, père épuisant pour ses filles autant que mari passable, et réussit, avec le rôle de Cameron, une de ses meilleures prestations à ce jour. Et Zoe Saldana, en femme amoureuse mais conscientes de ses responsabilités, crée un personnage sensible et plein d’empathie, coincé entre son mari et ses enfants, ne sachant comment se faire une place dans son milieu professionnel.

Et au final, les seuls moments les plus faibles sont ceux où ils se retrouvent tous en famille comme une famille normale sans heurts et sans difficulté, le rythme se ralentit alors et l’on a plus l’impression d’être dans un simple film familial très classique que dans une comédie dramatique drôle et tendre à la fois.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...