Titre français: Les indestructibles 2

Equipe: Brad Bird
Durée: 118‘
Genre: Film d'animation
Date de sortie: 27/06/2018
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le jeune Tony est interrogé par les services secrets pour un débriefing suite à un incident dont il a été le témoin mettant en cause une famille de super-héros...

Notre critique:

Cela va faire 14 ans maintenant que Pixar nous a sorti sa vision du monde des super-héros quelques années avant l’engouement de l’univers Marvel au cinéma. Et voici que Brad Bird (RATATOUILLE, MISSION: IMPOSSIBLE – GHOST PROTOCOL), déjà réalisateur de premier opus de INCREDIBLES, relance cette famille super-héroïque dans cet INCREDIBLES 2.

Et si le premier film précédait l’engouement, le deuxième joue avec les codes mis en place dans le MVU (notamment la notion d’illégalité des super-héros) pour nous proposer un film d’action sans temps morts.

Mais cet INCREDIBLES 2 joue aussi avec l’air du temps (“women power”) en poussant Elastic Girl sur les devants de la scène aux détriments de son super mari. C’est donc dans l’inversion des codes machistes (la femme travaille et l’homme est à la maison) que le récit va trouver un certain humour en plus de toutes les références croisées et détournées pour notre plus grand plaisir.

Si l’on  ajoute à tout cela une animation délirante, très rétro-futuriste, une musique très James Bondienne (que l’on doit à l’excellent Michael Giacchino), des rebondissements en pagaille, INCREDIBLES 2 est décidément une belle réussite jouant à la fois sur le portrait d’une famille “comme les autres” et sur les super-pouvoirs et les contraintes qu’ils impliquent. Un vrai tour de force!

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...