Equipe:
Durée: 107‘
Genre:
Date de sortie: 10/02/1998
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Git vient juste de sortir de prison. Et il n'a pas vraiment envie de rempiler. Hélas! En aidant son pote Anton, il casse la figure d'un homme de main de Tom French, le gangster local. Git lui est désormais redevable. Pour éponger sa dette, il doit lui rendre un petit service: aller jusqu'à Cork en voiture et ramener Frank Grogan, un ancien associé de French, qui lui doit pas mal d'argent. Git est accompagné dans sa mission par Bunny, un bavard invétéré qui n'arrête pas de la ramener sur ses exploits précédents. Evidemment, la promenade s'avérera nettement plus mouvementée que prévue: les deux compères ont mis les pieds dans un sacré sac de noeud...

Notre critique:

I WENT DOWN n’est pas follement original. Le scénario est même sérieusement bateau: prenez deux personnages que tout sépare, plongez-les tous les deux dans une intrigue qui les dépasse, secouez et attendez… Surprise! Ils se lient d’une profonde amitié et deviennent inséparables. Bref, tout l’intérêt de l’histoire est concentré dans, d’une part, la psychologie des deux comparses et, d’autre part, la nature du merdier dans lequel ils ont été entraînés. Ca tombe bien. Pour contourner son faible budget, Paddy Breathnach, le réalisateur, a misé sur le capital sympathie de ses héros et sur une histoire plus tordue que la moyenne des productions.

En effet, Git et Bunny forment une paire de malfrats amateurs plutôt attachante. Maladroits, décalés, naïfs: leur rôle de gros bras ne leur colle décidément pas à la peau. Ils sont drôles et touchants. L’interprétation sonne juste. Le film nous permet de découvrir deux têtes inconnues. Brendan Gleeson joue Bunny, le moulin à paroles qui a beaucoup de problèmes avec les femmes. Les plus attentifs ont déjà vu son faciès d’ours au grand coeur dans THE SNAPPER et FAR AND AWAY. Quant à Git, c’est Peter Mc Donald qui incarne ce type vraiment pas doué pour faire le mal. Il vient du théâtre et ce sont ses premiers pas devant la caméra.

Les deux héros se retrouvent dans un sac de noeuds que même un scout professionnel ne saurait démêler. Les fausses pistes sont très nombreuses. L’histoire mélange la vérité et le mensonge, si bien qu’à un moment, on ne sait plus du tout dans quelle direction on va! Le tout est raconté sur un ton à mi-chemin entre le polar noir et la comédie légère. Quelques bons gags (malheureusement pas assez) émaillent le récit. Histoire de dérider l’atmosphère…

Le seul problème du film est son rythme lent et sa mise en scène sans inspiration. En fait, I WENT DOWN a tous les travers d’un téléfilm. Ce classicisme imposé par le passage à la télévision ne manque pas de faire bailler le spectateur cinéphile. Et c’est bien dommage. Cette comédie irlandaise est un sous-PALOOKAVILLE européen, qui passera dans les prochaines années sur la BBC. Si vous avez la télédistribution, pas de quoi vous ruer dans la salle…

A propos de l'auteur

Journaliste