Equipe:
Durée: 99‘
Genre:
Date de sortie: 01/08/2000
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Cinq jeunes copains occupant des emplois plutôt minables voire ennuyeux n'attendent que le week-end. 48 heures de folie où tous les problèmes, qu'ils soient relationnels ou familiaux, s'évaporent. Déconnectés de la réalité, ils vivent au rythme de la techno, des pubs et de la drogue. Ils refont le monde en oubliant que le week-end touchera inéluctablement à sa fin. Mais qu'importe, plus que cinq fois dormir et ça recommence...

Notre critique:

S’inscrivant dans la lignée de TRAINSPOTTING, HUMAN TRAFFIC et son réalisateur Justin Kerridan reprennent un flambeau abandonné depuis la déconnade, tendance Danny Boyle.

Le cinéma anglais reste un médium vivifiant. Sans prise de tête ni misérabilisme, Justin Kerridan brosse le portrait d’une jeunesse supportant la vie. Enlevé et illustré par une trépidante bande son, HUMAN TRAFFIC profite d’une belle symbiose entre l’image et le fond. La réalisation ingénieuse sert parfaitement le propos: soit l’éclate totale (uniquement le week-end) pour mieux vivre. Le metteur en scène soigne les dérapages de ses images comme autant de petits délires visuels. Les acteurs sont inconnus mais ils donnent tous vie à une emblématique couche sociale qui ne se laisse pas abattre. HUMAN TRAFFIC, couronné du prix du jury lors du dernier Festival International du Film de Bruxelles, est un petit film sympathiquement emballant mais qui aurait pu gagner en profondeur.

A propos de l'auteur

Journaliste