Titre français: Rams

Equipe: Charlotte Bøving, Grímur Hákonarson, Sigurður Sigurjónsson, Theodór Júlíusson
Durée: 93‘
Genre: Drame
Date de sortie: 09/12/2015
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Islande. Alors qu’il vérifie la barrière de son champs où paissent les béliers, Gummi en trouve un mort. Il le ramène à la ferme voisine et le dépose sans dire un mot avant de retourner chez lui pour préparer un de ses béliers qu’il veut faire concourir à une foire dans la ville voisine...

Notre critique:

Il ne faut que quelques minutes du film RAMS pour se dire que l’on ne va pas assister ici à un film comme les autres… Deuxième réalisation de fiction de Grimur Hakonarson, RAMS est entre choc culturel et drame social. Il faut dire que les islandais nous ont déjà concocté quelques films pas piqués des hannetons sur le plan de l’atmosphère et de l’histoire (OF HORSES AND MEN, LIFE IN A FISHBOWL).

Et ce RAMS décoiffe plutôt: deux frères qui ne se sont plus parlés depuis 40 ans se retrouvent confrontés à une épidémie de tremblante du mouton qui touche leur petite communauté d’éleveurs islandais. Au menu donc: du cocasse, du dramatique, du surréalisme et surtout une bonne dose de critique sociale au travers de ses deux frères ennemis.

La photographie est somptueuse, le non-dit est manipulé avec talent, les acteurs bourrus à souhait et le tout a cette saveur des récits à nul autre pareil qui vous dépaysent en moins de temps qu’il n’en faut pour capturer un mouton. Et même si l’histoire sent bon l’Islande, la portée universelle de celle-ci en fait un film plutôt jouissif à regarder en période de trêve de Noël… Qu’on se le dise!

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...