Titre français: Dragons 3 : Le monde caché

Equipe: America Ferrera, Cate Blanchett, Dean DeBlois, Gerard Butler, Jay Baruchel, Jonah Hill
Durée: 94‘
Genre: Film d'animation
Date de sortie: 30/01/2019
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Harold est maintenant le chef de Berk au côté d’Astrid et Krokmou, en tant que dragon, est devenu le leader de son espèce. Ils réalisent enfin leurs rêves de vivre en paix entre vikings et dragons. Mais lorsque l’apparition soudaine d’une Furie Eclair coïncide avec la plus grande menace que le village n’ait jamais connue, Harold et Krokmou sont forcés de quitter leur village pour un voyage dans un monde caché dont ils n’auraient jamais soupçonnés l’existence. Alors que leurs véritables destins se révèlent, dragons et vikings vont se battre ensemble jusqu’au bout du monde pour protéger tout ce qu’ils chérissent.

Notre critique:

La voici enfin, la conclusion à ce qui est désormais la trilogie HOW TO TRAIN YOUR DRAGON. Cette saga de Dreamworks n’aura connu que de beaux jours. Dès son premier volet, elle a su ravir le cœur des petits et grands et il ne fait aucun doute qu’il en sera de même pour ce dernier volet.

Ce qui fait le charme de cette saga, c’est son univers viking, ses dragons, ses personnages attachants, son énergie, ses histoires pleines d’aventures, son émotion, son animation à couper le souffle, la fantastique musique de John Powell. Tant d’ingrédients qui ont su garder en qualité épisode après épisode jusqu’ici. HOW TO TRAIN YOUR DRAGON : THE HIDDEN WORLD ne fait pas exception.

Harold est désormais un ado presque adulte. Depuis le décès de son père, il est devenu le chef. De nouvelles responsabilités lui incombent et, alors que son village est menacé, il devra prendre des décisions qui impacteront la vie de tous. Au même moment, une femelle Furie Nocturne fait son apparition ce qui rend Krokmou très distrait. Les nerfs seront à vifs, les tensions nombreuses. Harold devrait se démener comme jamais pour pérenniser la survie de son peuple. Les aventures traversées par les personnes sont ici encore plus périlleuses. La découverte de l’univers en encore plus large. L’émotion est encore plus forte. Elle n’a même jamais été aussi forte que dans ce film ci.

HOW TO TRAIN YOUR DRAGON : THE HIDDEN WORLD est une espèce de film somme qui reprend tout ce qui a fait le succès de la saga en le décuplant. L’histoire est un peu plus classique et il y avait probablement des séquences plus impressionnantes dans les films précédents mais, l’émotion atteint ici son paroxysme. C’était difficile de conclure sur une plus belle note que celle-ci en ce qui concerne les personnages, mais aussi en ce qui concerne le plaisir des spectateurs. Le spectacle est au rendez-vous tant chacun a donné le meilleur de lui-même. Le film est un tel succès qu’il atteint une sorte de niveau de grâce, notamment, au travail de John Powell qui signe, une fois encore, une excellente et superbe partition. C’est épique, énergique et joue un rôle considérable au niveau des émotions véhiculées.

Bref, HOW TO TRAIN YOUR DRAGON : THE HIDDEN WORLD est une pure réussite qui plaira tant aux petits qu’aux grands. C’est l’une des meilleures sagas d’animation, tout simplement. Le travail est de très grande qualité et c’est certain que le monde de ces vikings et de leurs dragons nous manquera beaucoup. Dreamworks peut se féliciter d’avoir su garder ses standards élevés tout du long et, il ne reste plus qu’à espérer qu’elle pourra trouver une nouvelle saga d’animation digne de ce nom car, c’est certain, HOW TO TRAIN YOUR DRAGON marquera les esprits pendant longtemps. Enfin, on a hâte de voir ce que Dean DeBlois nous réserve à l’avenir.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.