Equipe:
Durée: 97‘
Genre:
Date de sortie: 06/09/2005
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le parcours d'un New-yorkais qui tente simplement de mettre de l'ordre dans sa vie en renouant avec les personnes qui ont fait de lui celui qu'il est devenu.

Notre critique:

Plus connu pour avoir endossé le costume de Fox Mulder dans la série culte X-FILES, David Duchovny passe derrière la caméra pour ce premier long métrage (il avait déjà réalisé quelques épisodes de la série) dont il a également écrit le scénario.

Construit sur un gigantesque flashback, jouant de la voix off, HOUSE OF D est une histoire sensible racontée de manière très classique. Des situations poétiques et souvent tendres parsèment un récit qui prend ses racines dans les problèmes du difficile passage à l’âge adulte et des grandes décisions qui souvent orientent à jamais le destin d’une vie.

Si les dialogues sonnent quelques fois très justes, ils manquent hélas souvent de relief. Il en va de même avec les situations: le cours de français et les blagues, le jeune Tommy dont le comportement est dicté par la prisonnière avec qui il parle par la fenêtre sont des moments forts ou magiques mais le film ne baigne pas tout le temps dans cet état de grâce…

Affichant en nuances une nostalgie bon enfant des années 70, HOUSE OF D bénéficie d’une interprétation moyenne. Les jeunes acteurs sont bons mais leur prestation est inégale, principalement dans les moments plus dramatiques. Quant à Robin Williams, il est hélas à nouveau dans un rôle d’handicapé quelque peu surjoué.
Globalement, on sent indéniablement que Duchovny a mis une partie de son âme dans ce film (ce qui procurera beaucoup de plaisir au spectateur cinéphile) tout en n’arrivant pas à s’y glisser complètement au niveau de sa mise en scène et de sa direction d’acteurs. Dommage car cela laisse une sensation de trop peu dans les yeux…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...