Equipe:
Durée: 97‘
Genre: Drame
Date de sortie: 11/11/2008
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Au milieu d’une campagne calme et désertique s‘étend à perte de vue une autoroute inactive, laissée à l’abandon depuis sa construction. Au bord du bitume, à quelques mètres seulement des barrières de sécurité, se trouve une maison isolée dans laquelle vit une famille. Les travaux vont reprendre et on annonce l’ouverture prochaine de l’autoroute à la circulation…

Notre critique:

Drôle de famille dans une drôle de maison au bord d’une drôle d’autoroute inachevée… Dans cette situation surréaliste, presque à l’orée du fantastique, tout peut arriver. Ce microcosme à l’équilibre fragile est prêt à basculer à la moindre pichenette!

Et l’ouverture de l’autoroute est LA pichenette utilisée par Ursula Meier -dont c’est le premier long métrage au cinéma- pour bousculer la famille toute entière en faisant naître conflits et tragédies, révélant ainsi la nature de chacun: le jeune garçon partant à la découverte du monde, la matheuse scientifique et hypocondriaque, la mère (Isabelle Huppert, extraordinaire comme d’habitude) dépressive et la fille que rien n’affecte et enfin, le père (Olivier Gourmet), seule personnage conscient du bourbier dans lequel ils se trouvent tous.

Malheureusement, si la fable prend bien au début, on a l’impression qu’Ursula Meier en perd le fil en cours d'(auto)route, orientant l’ensemble vers un mélodrame trop réaliste, cassant ainsi quelque peu les différentes morales et messages possibles…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...