Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 18/03/2014
Cotation: **** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Dans un futur proche, Théodore travaille dans une dotcom qui rédige des lettres d’amour soi-disant manuscrites. Il a perdu sa femme et se sent seul dans un monde technologique et sans émotions.

Révélé en 1999 avec BEING JOHN MALKOVICH, un film plutôt culotté et très réussi, Spike Jonze n’a, depuis, cessé de nous épater avec ADAPTATION. ou plus récemment avec WHERE THE WILD THINGS ARE en débarquant toujours là où on ne l’attend pas.
Avec ce HER, formidable film d’anticipation dans toute l’excellence du terme, Jonze nous surprend une fois de plus en racontant l’histoire d’un homme qui va tomber amoureux d’un OS (système d’exploitation) basé sur une AI (Intelligence Artificielle).
D’abord parce qu’il nous embarque avec une facilité déconcertante, et par petites touches subtiles, dans cet univers au futur proche et très cohérent, puis parce qu’il nous convie à une réflexion sur des sujets plutôt délicats tel que le couple, l’amour et le sexe, tout cela avec une imagination sans borne et un brin de perversité.
Et si ces tours de force sont réussis, c’est bien sûr aussi grâce à la prestation de Joaquin Phoenix (THE IMMIGRANTS, THE MASTER) toute en douceur, merveilleux homme solitaire qui parle pratiquement pendant toute la durée du film à une machine à la voix suave et rauque à la fois, celle de Scarlett Johansson en l’occurrence, qui envoute autant Théodore que les spectateurs.
Au final de ces deux heures de films qui semblent durer quelques dizaines de minutes seulement, Spike Jonze arrive même à nous servir une morale complètement inattendue qui vient clôturer un film remarquable à ranger à côté des GATTACA et autres films d’anticipation brillants.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou … extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains…