Titre français: Les voyages de Gulliver

Equipe:
Genre: Comédie fantastique
Date de sortie: 22/02/2011
Cotation: oo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

7h du matin à New York. Lemuel Gulliver se lève et se rend à son boulot au NY Tribune où il distribue le courrier. A chacune de ses tournées dans le bâtiment, il ne manque pas de s'arrêter chez Darcy, la responsable de la chronique voyages dont il est amoureux en secret...

Notre critique:

Ce n’est ni la première fois, ni la dernière d’ailleurs, que l’on s’attaque au célèbre bouquin éponyme de Jonathan Swift (18e siècle) soit en le respectant à la lettre, soit -comme ici- en le transposant dans notre monde moderne.
Ce Gulliver moderne dans un monde passé nous vaut bien sûr son lot d’anachronismes plus saugrenus les uns que les autres et qui ne rajoutent bien évidemment rien à l’histoire de base. Quant à l’argument de la 3D, on aurait pu sans passer sans aucun problème tant il n’est là que comme faire-valoir commercial sur l’affiche du film.
Jack Black en Lemuel Gulliver en fait des tonnes et le scénario en rajoute aussi, ce qui donne un film à mille lieues des idées de base du livre, et ne fait même pas rire le spectateur. Et la morale sous-jacente est tellement basique que même les enfants en bas âge risque de trouver le film ringard.
Y-a-t-il donc une seule raison pour aller voir ce GULLIVER’S TRAVELS? Oui, l’avant programme de dessin animé mettant en scène le fameux écureuil de ICE AGE qui nous explique, bien malgré lui, la dérive des continents… Une fois passé ce programme, vous pouvez quitter la salle sans regrets.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...