Equipe: Atom Egoyan, David Thewlis, Luke Wilson, Tennille Read
Durée: 104‘
Genre: Drame
Date de sortie:
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Jim et sa fille Veronica, jeune professeur de musique au lycée, tentent de démêler leurs histoires compliquées et leurs secrets entrelacés. Après un canular qui tourne très mal, la fille de Jim est condamnée à tort pour avoir abusé de son autorité sur Clive, âgé de 17 ans. Veronica est néanmoins convaincue qu'elle mérite d'être punie, mais pour des crimes beaucoup plus anciens...

Notre critique:

Le réalisateur canadien Atom Egoyan s’est fait discret depuis la sortie d’ADORATION il y a 5 ans. Il est enfin de retour avec GUEST OF HONOUR en compétition à la Mostra de Venise.

C’est l’histoire de Veronica, une jeune femme qui va enterrer son père Jim et, afin de préparer les funérailles, a rendez-vous avec le prêtre afin qu’il puisse écrire son oraison funèbre. Elle lui raconte donc sa vie et le type de relation qu’elle entretenait avec lui. C’est en racontant cela qu’elle se dévoile petit à petit et qu’on découvre quelques mystères familiaux qui ont pesé sur Jim et Veronica. C’est ce qui a rendu leur relation compliquée et qui l’a un peu pourrie au vu des nombreux non-dits qu’il y a eu.

Jim était contrôleur pour le ministère de la santé publique. C’est ainsi qu’il passait sa vie dans des restaurants afin de leur donner ou non le précieux sésame les autorisants à continuer leurs activités.
Veronica est une professeur de musique dans un lycée et, elle part souvent en tournée avec l’orchestre de l’école qu’elle dirige. Durant ses années scolaires, un événement de sa vie déterminant va se produire.

Jim et Veronica ont eu des vies pas si difficiles mais, certains choix de vie leur ont été fatals. GUEST OF HONOUR, c’est le portrait de ces deux personnes si proches et pourtant si différentes. Les mystères les ont bouffé et, s’en sortir demande du travail sur soi avant tout, mais avec les autres aussi.

Au départ, on ne sait pas très bien où veut en venir Egoyan. Il y a des éléments de plusieurs genres qui sèment la confusion. C’est ainsi qu’on trouve un côté un portait familial, du drame ou encore un petit côté thriller. Tout cela sert en fait à Egoyan à réfléchir sur la vie et la confiance que l’on porte aux membres de sa propre famille. Ces éléments se mélangent plutôt bien mais des petits coups de mous se produisent à l’occasion. C’est à la fin que tout prend son sens au niveau des intentions du réalisateur.

Pour l’occasion, Egoyan offre un premier rôle à David Thewlis, bien connu des fans de la saga Harry Potter pour avoir incarné le professeur Lupin. Thewlis, habitué aux seconds rôles, trouve ici un personnage de choix avec beaucoup de choses à défendre. Le voir sur le devant de la scène est un vrai plaisir. Il livre une prestation solide qui pourrait en faire un prétendant à un prix d’interprétation selon la sensibilité du jury. Veronica est quant à elle interprétée par Laysla De Oliveira, actrice encore peu connue que l’on reverra prochainement dans IN THE TALL GRASS de Vincenzo Natali. Elle est toute aussi fantastique que Thewlis et se place sur la liste des actrices à suivre dans le futur.

GUEST OF HONOUR est un retour gagnant pour Atom Egoyan mais aussi quelque peu déstabilisant tant on a du mal à définir l’oeuvre. Où Egoyan veut-il en venir? Quel est son propos? Ce sont des questions qui invitent à la réflexion et, peut-être font-elle sens. A vous de voir.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.