Titre français: Border

Equipe: Ali Abbasi, Eero Milonoff, Eva Melander, Isabella Eklöf, John Ajvide Lindqvist, Jörgen Thorsson
Durée: 110‘
Genre: Drame fantastique
Date de sortie: 23/01/2019
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Tina est une douanière plutôt douée dans son métier car elle est capable de sentir -au sens propre- la peur, la culpabilité ou la rage des gens qui franchissent la douane. Le soir, après son boulot, elle rejoint son compagnon dans une cabane perdue au milieu de la nature...

Notre critique:

Primé dans la section « Un certain regard » à Cannes en 2018, GRÄNS commence étrangement en introduisant d’emblée un élément ‘surnaturel’ (Tina, la douanière est douée d’un sens hors du commun qui lui permet de « sentir » les émotions des autres) comme faisant partie de la réalité. Cette intrusion fait directement entrer le film dans une dimension fantastique même si elle est traitée comme étant parfaitement naturelle.

Si le quotidien de Tina paraît extraordinaire pour le commun des mortels, pour elle son don semble évident ainsi que sa différence. Et si les humains ont tendance à s’arrêter sur son apparence, les animaux sauvages ne la jugent pas et s’en approchent.

Tout pourrait continuer dans ce sens si un beau jour ne débarquait Vore, une sorte de pendant masculin (on apprend très vite que ce n’est pas le cas) de Tina, qui va lui révéler sa vraie nature lors d’un accouplement mémorable.

Vous l’aurez compris GRÄNS (qui signifie ‘limite’ en suédois) n’a rien à voir avec ce que vous avez déjà vu. Il aborde la différence, la marginalité et le regard des autres au travers d’une fable qui s’ancre complètement dans un réalisme du quotidien. Il propose un point de vue différent sur la nature humaine, nous incitant à repenser notre rapport à la Nature, mais nous parle en même temps de la possible intégration d’êtres différents avec l’espèce humaine (Tina en est l’exemple).

En ce sens, il oppose intégrisme (celui de Vore) et intégration (celle de Tina) s’inscrivant parfaitement dans les questionnements que nous avons aujourd’hui face à l’immigration et une certaine montée d’intégrisme religieux.

Bien sûr, et vous l’aurez compris, GRÄNS n’est pas un film à l’abord facile, mais si l’on parvient à se glisser dans les moments d’émotions du film, celui-ci récompensera votre intérêt em suscitant la réflexion et déclenchera certainement des discussions sur le sens à donner au film à la sortie de la projection!

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...