Equipe: Denis Ménochet, Eric Caravaca, François Ozon, Josiane Balasko, Melvil Poupaud, Swann Arlaud
Durée: 137‘
Genre: Drame
Date de sortie: 03/04/2019
Cotation: **** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Lyon. Alexandre Guérin, marié, catholique, père de 5 enfants, écrit à l’Eglise pour faire part de son ressenti quand au retour du Père Bernard Preynat dans sa paroisse. Alexandre a connu le père Preynat alors qu’il était chez les scouts sous sa tutelle. Mais à l’époque il a subi des attouchements de la part du Père et pense qu’il est temps maintenant de dévoiler cela pour l’empêcher de commettre d’autres crimes.

Notre critique:

Un homme, un catholique, bon père de famille se décide à dénoncer les agissements d’un membre de l’Eglise. François Ozon démarre en force pour son GRACE A DIEU.

S’inspirant de l’affaire de Monseigneur Barbarin qui a fait la une il y a peu (il a remis sa démission au Pape pour ne pas voir pris les mesures nécessaires vis-à-vis des pédophiles au sein de l’Eglise), l’éclectique réalisateur de L’AMANT DOUBLE ou de POTICHE compose une fiction extrêmement bien documentée, avec une mise en scène au cordeau et un casting parfaitement choisi.

Rythmé par trois “témoignages” (3 personnages), GRACE A DIEU pourrait ressembler à un film à charge alors qu’il n’en est rien. Et c’est là tout le talent de Ozon: parvenir à traiter les faits juste les faits avec toute leur hypocrisie, à donner une vision complète de ses personnages et à balancer parfaitement son récit entre document réaliste et véritable thriller.

Car GRACE A DIEU prend peu à peu, sans que l’on en ait conscience, des allures de thriller. Cette subtilité supplémentaire qu’Ozon adjoint à son ‘presque’ documentaire permet de rendre le récit captivant et de renforcer la prégnance des abus racontés dans des dialogues très crus (la parole est très explicite dans le film).

Au final, GRACE A DIEU est définitivement un film essentiel car il dénonce avec force comment l’Eglise a volontairement minimiser des faits de pédophilies qu’elle aurait dû condamner depuis bien longtemps. En maintenant cette crudité factuelle de bout en bout (ah, la phrase “Grâce à Dieu, tous ces faits sont  prescrits”!) et en multipliant les points de vue, le film d’Ozon est probablement un des plus beaux hommages que l’on puisse faire aux victimes des agissements d’une Eglise qui a depuis longtemps déjà dérapé…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...