Titre français: La Jeune Fille A La Perle

Equipe:
Durée: 100‘
Genre: Drame historique
Date de sortie: 02/03/2004
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Delft, 1665. La jeune Griet est engagée comme servante dans la famille du peintre Vermeer. Peu à peu, le maître va s'intéresser à cette jeune fille charmante, sensible et douce qui va contribuer à l'oeuvre de Vermeer...

 

Notre critique:

En parfaite harmonie avec l’univers de Vermeer, par petites touches, le réalisateur Peter Webber, pour son premier long métrage, dépeint la vie du grand Johannes Vermeer et sa rencontre avec celle qui va devenir une de ses muses. Basé sur l’excellent roman de Tracy Chevalier, GIRL WITH A PEARL EARRING retrace une tranche de vie du maître, nous faisant pénétrer par la petite porte dans l’univers d’un peintre étonnant par bien des aspects.

Servante tout d’abord, Griet devient très vite un des instruments de l’oeuvre de Vermeer (elle va préparer les couleurs, proposer des changements, …), puis peu à peu se transforme en une muse et un modèle. L’amour pour un petit boucher rencontré au détour du marché va faire écho à l’immense amour qu’elle va peu à peu porter à son maître. Elle se donnera au boucher après avoir accepté de se faire percer les oreilles par Johannes.

Tout dans le film est choisi pour rappeler l’oeuvre de Vermeer: décors, couleurs, personnages et lumière… Les plans prennent le temps de faire passer les messages que les dialogues (minimums) seraient incapables de rendre. L’érotisme sourd de chacune des scènes, sans un mot, sans vulgarité, avec une grande sensibilité pour nous faire pénétrer dans l’univers du peintre… Les rapports avec sa belle-mère, intéressée uniquement par la position sociale et financière de son gendre, les relations avec le mécène de Vermeer, à mille lieues de ce que les clichés usuels nous rapportent, tout cela contribue à faire de GIRL WITH A PEARL EARRING un film que l’on prend plaisir à voir.

Colin Firth campe un Vermeer crédible, taciturne, pris entre sa famille et son oeuvre mais c’est le charme de Scarlett Johansson (LOST IN TRANSLATION), indéniable, qui nous transporte autant que ses regards éclairent ses rapports au monde et qui confère au film une profondeur et une intensité merveilleuses. GIRL WITH A PEARL EARRING est un cours d’Histoire de l’Art que l’on aimerait avoir plus souvent…

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...