Equipe:
Durée: 90‘
Genre: Film d’'horreur
Date de sortie: 31/12/2002
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1962. L'Antonia Graza. Un paquebot italien vogue au gré des richissimes passagers et des bals somptueux qui s'y déroulent. Mais soudain la mort frappe aveuglément... Quarante ans plus tard, le capitaine Sean Murphy et son équipage sont contactés par Jack Ferriman, un pilote, qui a repéré un paquebot géant et vide dans le détroit de Béring. Attiré par le gain qu'une telle épave représenterait pour eux, ils se lancent dans une recherche en mer, mais ils sont loin de se douter que cela pourrait être la dernière.

Notre critique:

Avec GHOST SHIP, et depuis la fondation de la maison de production Dark Castle, Joel Silver et Robert Zemeckis en sont à leur troisième production d’horreur après THE HOUSE ON THE HAUNTED HILL et 13 GHOSTS, ce dernier ayant d’ailleurs déjà été réalisé par Steve Beck. Et l’on peut dire que cette troisième production, si elle n’est pas extraordinaire, n’en demeure pas moins la meilleure des trois. Peut-être qu’au bout d’une cinquantaine atteindra-t-on la perfection?

Ceci étant dit, GHOST SHIP commence fort avec une scène de coupe qui décidément devient à la mode depuis RESIDENT EVIL ou 13 GHOSTS, continue avec un mystère amené simplement, sans fioritures, pour se concrétiser en une montée en douceur vers le cauchemar qui offre de beaux moments de frayeur classique. Quelques belles trouvailles (la musique du bal au travers des walkie-talkie) émaillent de-ci de-là ce récit de fantômes transposé du manoir ou du château vers le bateau. Côté interprètes, on notera la présence de Julianna Margulies, qui a laissé tomber les scalpels d’URGENCES, pour prendre des armes plus efficaces et celle de Gabriel Byrne (USUAL SUSPECTS) qui ne rechigne pas à faire un petit film d’horreur alimentaire de temps à autre (STIGMATA).

Globalement donc, GHOST SHIP est un petit film d’horreur sympathique qui hélas nous gâche un peu le plaisir en massacrant son méchant (le diable ou autre chose) à la fin à coup de discours sur le vol d’âmes damnées pour des raisons économiques… Dommage!

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...