Equipe:
Genre:
Date de sortie: 24/02/1998
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Notre critique:

G.I. JANE marque le retour à l’avant-plan de la scène rock-ballad-mantic du groupe de Chrissie Hynde, j’ai nommé The Pretenders.
Nettement moins inspiré que pour leur hit ‘Don’t get me wrong’, le groupe s’est fendu de deux ballades. Elles sont suivies par Three Dog Night et Bad Company (plus que dispensables) avec des morceaux hyper-convenus. Heureusement John Lee Hooker pointe le nez de sa guitare avec la plage ‘Dimples’, impeccable comme à son habitude. A jeter directement: la mielleuserie débiloïde des Tarnation ainsi que le hard grassouillet et bruyant de Auntie Christ. Il reste dans tout çà les trois plages attribuées à Trevor Jones.

Avouons-le tout de suite, il est loin d’être au mieux de sa forme le petit Trevor. Sa composition est malheureusement une de ses plus mauvaises à ce jour. Noyant ses ryhtmes chauds et graves dont il nous avait gavés avec des films comme ANGEL HEART ou MISSISSIPI BURNING dans des synthés et des orchestrations à la Zimmer, il colle au produit Scott et ne se détache pas des bandes originales passe-partout qui affluent par dizaines chaque semestre. Sans passer à côté du coucher au drapeau patriotique et des sonorités à la TOP GUN. On attendait nettement plus de la part d’un compositeur qui avait apporté une chaleur si particulière au monde de le BO. Une désolation!

A propos de l'auteur

Journaliste