Equipe:
Durée: 85‘
Genre: Drame
Date de sortie: 14/01/2014
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le 1er janvier 2009 au matin, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, San Francisco. Cette rencontre va transformer un inconnu en fait divers. Le film raconte les vingt-quatre heures qui ont précédé cette rencontre.

Notre critique:

Fruitvale Station est le nom d’une station de métro de San Francisco. Et c’est surtout le lieu où le 1er janvier 2009, une arrestation arbitraire sur base d’un délit de sale gueule survient, un coup de feu est tiré et c’est le départ d’une énorme bavure…
Et FRUITVALE STATION est donc le titre d’un film qui relate cet événement, filmé à l’époque par de nombreux portables, qui a déclenché des vagues de protestations, un procès contre la police conclus fin 2010, en gros un événement qui a fait beaucoup de bruit.
Grand prix du jury à Sundance, le film retrace donc la vie de Oscar Grant pendant les 24h qui ont précédé la bavure. Au vu de l’importante polémique associée au fait divers lui-même, on pouvait s’attendre soit à un film qui tentait d’objectiver les faits ou à un film plus partisan (dans le sens de la police ou de la victime).
Pour son premier long métrage en tant que réalisateur/scénariste, Ryan Coogler a plutôt choisi la deuxième option en faisant un film maitrisé filmé en caméra très mobile, avec des acteurs au jeu extrêmement naturel mais présentant la victime comme un personnage (relativement) innocent et plutôt bon garçon. On aurait sans doute préféré une plus grande objectivité qui aurait donné encore plus de force au film, bien que globalement FRUITVALE STATION soit plutôt bien réussi…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...