Equipe: Gary Ross, Gugu Mbatha-Raw, Mahershala Ali, Matthew McConaughey
Genre: Drame historique
Date de sortie: 14/09/2016
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Octobre 1862. Un combat de plus se déroule entre les armées du Nord et du Sud avec son lot de boucheries habituelles. Newton est infirmier chez les Sudistes et se demande à quoi sert cette guerre particulièrement depuis que son neveu, Daniel, un adolescent, s’est fait enrôler de force.

Notre critique:

FREE STATE OF JONES démarre sur les chapeaux de roue par des scènes de guerre gore et crues qui mettent les pendules du spectateur à l’heure: la guerre entre le Nord et le Sud a été une boucherie entre frères. Mais contrairement à ce que l’on a voulu faire croire, cette boucherie n’était pas là pour lutter contre l’esclavage, mais bien pour des raisons économiques entre le Sud et le Nord.

Hélas, trois fois hélas, ce démarrage en fanfare pour cette histoire adaptée d’un morceau de l’Histoire américaine vire au fur et à mesure en une démonstration historique qui en nous emmenant 85 ans plus tard par flash successifs, ou en nous bombardant d’images d’époque, finit par plus ou moins occulter le travail pourtant prometteur de la fiction.

Ces encarts historiques au milieu de la fiction sont tous sauf judicieux et au mieux, détériorent la lisibilité, et au pire ne font qu’agacer le spectateur intéressé par la fiction elle-même. Drôle d’idée donc dans le chef de Gary Ross, auteur et réalisateur notamment de PLEASANTVILLE, THE HUNGER GAMES, qui, si sa filmographie n’est pas particulièrement séduisante, aurait peut-être pu être plus inspiré au travers de son ancien rôle de rédacteur de discours politiques pour la maison blanche (sait-on jamais).

D’autant que Mr. Ross avait une belle corde à son arc avec un Matthew McConaughey plutôt à l’aise dans ce type de rôle de vengeur du pauvre et de l’orpheline (MUD, THE LINCOLN LAWYER, DALLAS BUYERS CLUB).

Donc, hormis quelques précisions historiques tout à fait intéressantes, il semblerait que FREE STATE OF JONES passe à côté d’une chance de séduire une large audience qu’elle soit européenne ou américaine…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...