Equipe: Hugh Grant, Meryl Streep, Nicholas Martin, Simon Helberg, Stephen Frears
Durée: 110‘
Genre: Drame biographique
Date de sortie: 03/08/2016
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

New York, 1944, au Verdi Club. Après une introduction de St Clair Bayfield, les spectateurs assistent à un spectacle de Music Hall dans lequel apparaît Florence Foster Jenkins, fondatrice du Verdi Club 25 ans auparavant...

Notre critique:

Voici près d’un an maintenant, c’est Xavier Giannoli qui s’était emparé de façon très libre de la biographie d’une riche aristocrate américaine, Florence Foster Jenkins, pour transposer l’histoire dans le Paris des années 20, nous donnant un film plutôt réussi, MARGUERITE, dont l’interprète, Catherine Frot, a remporté le César de la meilleure actrice.

C’est donc au tour de Stephen Frears (THE PROGRAM, PHILOMENA) de faire un biopic proche de la réalité en collant au plus près à la fin de la vie de Florence Foster Jenkins. Frears n’est pas un nouveau venu dans la biographie puisqu’il a réalisé en 2006 THE QUEEN, un drame biographique narrant les affres de la reine Elizabeth suite au décès de Diana.

Cependant ce nouveau biopic, qui bénéficie d’une interprétation plutôt magistrale entre les prestations de Hugh Grant et de Meryl Streep, ne convainc pas vraiment. Car à la différence de Marguerite, FLORENCE FOSTER JENKINS relève beaucoup plus de la démonstration un peu académique étant souvent répétitif dans sa mise en scène et son récit.

Trainant le sujet en longueur, Frears et son scénariste enfoncent beaucoup trop le clou et le film devient lourd au fur et à mesure de son déroulement, terminant bien loin dans la filmographie d’un Frears qui nous avait habitué à plus de légèreté et à des scénarios plus virevoltants.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...