Equipe: Chris Foggin, David Hayman, James Purefoy, Meadow Nobrega, Meg Leonard, Nick Moorcroft, Piers Ashworth
Durée: 112‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 11/09/2019
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

2010. Port Isaac dans les Cornouailles. Jim et son équipage partent aux aurores pour aller pêcher du homard. A Londres, Danny et ses potes partent eux, le soir, enterrer la vie de garçon de Rob...

Notre critique:

Des gars de la ville (et d’une maison de disque) débarque dans un petit village où ils rencontrent des marins chantants et décident de leur faire enregistrer un disque et de les produire, d’abord en forme de plaisanterie et de gage et puis ensuite parce qu’il y a vraiment un potentiel.

Vous l’aurez compris, FISHERMAN’S FRIENDS rentre dans une mouvance initiée depuis quelques temps déjà avec THE FULL MONTY, mouvance ou genre qui propose des films dans lesquels des minorités s’émancipent d’une façon ou d’une autre.

Au-delà de cette filiation, FISHERMAN’S FRIENDS se révèle être un film sur le choc des cultures entre capitale et province, phénomène qui a lui aussi été traité au cinéma de nombreuses fois. Ce n’est donc pas au niveau de l’originalité à tout prix qu’il faut chercher la valeur du film.

Les dialogues sont plutôt bons et les interprètes -anglo-saxons- sont comme d’habitude parfaitement dans le ton. Le film retire de ce fait un côté attachant  où l’empathie fonctionne bien. Le récit reste cohérent sans être fracassant mais ne subit pas de perte de rythme proposant au final un divertissement et un moment sympathique typique d’un “feel good movie” cher aux anglo-saxons.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...