Equipe:
Durée: 105‘
Genre:
Date de sortie: 01/04/2003
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Kimberly Corman et ses amis sont en route pour la plage. Soudain, alors qu'ils sont coincés dans un embouteillage avant de monter sur une autoroute, Kimberly a une vision: un carambolage terrible va avoir lieu et va faire plusieurs morts. Paniquée, elle arrête définitivement sa voiture, bloque la circulation sur la bretelle et hurle à qui veut l'entendre qu'un terrible accident va se produire. Et soudain devant les yeux effarés des gens présents, une collision en chaîne survient sur l'autoroute comme l'avait prédit Kimberly. Excepté que grâce à elle, un certain nombre de personnes ont échappé à la Mort. Et la Mort n'aime pas cela et va donc tout faire pour reprendre un par un les rescapés...

Notre critique:

Présenté en avant-première au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, FINAL DESTINATION 2 ne surprendra personne. Ni les vrais amateurs de ce type de film, ni ceux qui avaient vu le premier. Si ce genre a fait les beaux jours du début des années 80, il faudrait que les producteurs se rappellent que nous sommes passés depuis quelque temps déjà au 21ème siècle et qu’il est temps de se renouveler.

FINAL DESTINATION 2 n’est donc qu’une suite de 105 minutes de meurtres et d’effets spéciaux mis bout à bout sur un fil conducteur d’une minceur et d’une simplicité affligeante: la Mort rattrape toujours ce qui lui a échappé. En plus, l’idée n’est pas neuve puisqu’elle avait été développée dans le premier opus.
Ah, bien sûr, les cascades sont soignées (le carambolage du début est remarquablement filmé et chorégraphié) et les meurtres ne manquent pas d’imagination (aplatissement par une vitre, écrasement de tête par une échelle, etc), ce qui dans le cadre d’un film comme celui-là est en fait le minimum syndical. Mais cependant, si la sophistication du scénario avait été de la partie, personne ne se serait sans doute plaint.

A part cela, tout le reste est taillé sur mesure pour un public bien défini, peu au faîte de ce type de film, avide de se faire peur, qui se satisfera du peu d’originalité déballée devant ses yeux…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...