Titre français: White God

Equipe: Kornél Mundruczó, Lili Horváth, Sándor Zsótér, Viktória Petrányi, Zsófia Psotta
Durée: 119‘
Genre: Drame
Date de sortie: 02/12/2014
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Une ville déserte. Lili, une gamine, roule à vélo quand soudain une meute de chiens déboule derrière elle...

Notre critique:

Une petite fille un peu menteuse et fabulatrice se retrouve coincée pendant trois mois avec son père qui s’est vu confié l’enfant par son ex-femme. Si le point de départ du film semble très conventionnel, le reste du traitement de ce film qui a obtenu le prix Un Certain Regard à Cannes en 2014 est assez inhabituel et plutôt désarçonnant.

Car WHITE GOD, co-production hongroise, allemande et suédoise, touche à de nombreux sujets tout en se centrant sur une fable sur le pouvoir, les dominants et les dominés. Dans une sorte de futur proche où le gouvernement a édicté des lois sur les chiens bâtards, le film suit à la fois un chien luttant pour survivre à la manière de ce que faisait les studios Disney dans les années 80 avec leurs films de fiction animaliers, et une jeune ado en crise face à son père.

Faisant bien sûr le parallèle entre la jeune fille et son chien, WHITE GOD est construit entre thriller, horreur et conte rappelant autant AMORES PERROS que HACHI: A DOG’S TALE (avec Richard Gere) ou encore le joueur de flûte de Hamelin. Cette richesse évidente est aussi la grande faiblesse d’un film qui ne parvient pas réellement à convaincre, intrigant plus qu’il n’émeut.

On soulignera quand même l’excellente performance de Zsófia Psotta qui fait preuve pour son premier film d’un talent original et d’une maîtrise de jeu remarquable tout au long du film. Une jeune actrice dont on risque d’entendre encore parler…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...