Titre français: TerreurPointCom

Equipe:
Durée: 101‘
Genre:
Date de sortie: 03/12/2002
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

New York, de nos jours. Un homme, les yeux en sang, se jette sur une voie ferrée pour sauver une petite fille. Plus tard, un punk arrive au commissariat saignant des yeux et du nez... Tout laisse à penser qu'il s'agit d'un virus de type Ebola. Mais est-ce seulement cela?

Notre critique:

FEARDOTCOM commence plutôt bien… Avec son côté glauque, ses flics mal rasés, ses images sombres et son univers gris, le film, au premier abord, paraît prometteur et l’on se prend à croire que William Malone (HOUSE ON HAUNTED HILL, le remake) et son directeur de la photo Christian Sebaldt ont bien vu et revu HELLRAISER et retenu la leçon. Tout l’univers du film semble en décomposition et l’exploitation d’un certain voyeurisme doublé d’un soupçon de sadomasochisme renforce encore la référence au film de Clive Barker.
Mais cette impression ne dure hélas pas longtemps.Très vite, les dialogues artificiels, plats et dénués de sens donnent l’impression d’un film inabouti dont la couche glauque n’est là que pour masquer le manque d’originalité de l’ensemble. L’imagerie soignée et parfois même des scènes qui frisent l’expérimentation (la scène finale par exemple) sont la coquille d’un film vide qui est une énième variation du tueur en série avec un scénario sans queue ni tête. Et ce n’est pas un Stephen Rea (THE CRYING GAME) en dingue de service ou la toujours superbe Natascha McElhone qui rachèteront quoi que ce soit…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...