Equipe:
Durée: 95‘
Genre: Film d'aventures
Date de sortie: 13/05/2003
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

18e. La Guerre. Plus personne, et certainement pas le Roi Louis XV, ne sait pourquoi on la fait. Mais pour faire la guerre, il faut des soldats, et ces derniers sont de plus en plus difficiles à recruter. Fanfan, jeune homme volage et libertin, fuyant de futurs beaux-parents, décide alors de s'engager pour échapper au mariage... Mais l'armée lui réserve quelques surprises.

Notre critique:

FANFAN, c’est LE film type ‘cape et épée’ à la française: beaucoup de bons mots, de l’humour et de la répartie, de l’action en veux-tu en voilà, une trame historique présente mais pas écrasante, plus prétexte que contexte. Ce n’est donc pas dans l’intrigue simpliste et très codée, que l’on trouvera son plaisir mais bien dans les envolées bondissantes et dans les cascades dialoguées… Après deux taxis et un wasabi, Gérard Krawczyk fait preuve de plus en plus de maîtrise dans les scènes d’action et sert très bien son propos et le genre.

Ouverture hors compétition du Festival de Cannes 2003, FANFAN LA TULIPE n’a pas grand-chose à envier à son prédécesseur des années 50. Enlevée, enjouée, bien de la lignée de cette catégorie de comédies, cette nouvelle version a bénéficié du talent incontestable du co-scénariste Jean Cosmos (CAPITAINE CONAN, LE BOSSU, LAISSEZ-PASSER) qui a su insuffler, aux côtés de Luc Besson, le charme de dialogues plein d’humour et de bons mots. Qui plus est, et c’est probablement le plus surprenant, certains élans bédéesques à la ‘Astérix’ (le ‘plaît-il’ de Obélix amnésique par exemple) relèvent et complètent agréablement l’ensemble.

A ce cocktail bien sympathique il ne restait plus qu’à ajouter Vincent Perez en fanfan bondissant, séduisant à souhait, Penelope Cruz avec d’autres charmes que Gina Lollobrigida mais avec un accent inimitable qui fera encore résonner longtemps dans nos oreilles les deux syllabes magiques: ‘fane-fane’ ou encore Didier Bourdon en un Louis XV plus bête que méchant. Seul aiguille dans cette botte de foin plutôt douce, un Philippe Dormoy (TANDEM, MONSIEUR HIRE) qui prend des accents à la Clavier, particulièrement agaçants!

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...