Equipe:
Durée: 97‘
Genre:
Date de sortie: 18/05/1999
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Allegra Geller a inventé une nouvelle génération de jeu qui se connecte directement au systeme nerveux et projette les joueurs dans un monde parallèle crédible : eXistenZ. Lors de la séance de présentation du jeu, on tente de la tuer... Mais était-ce la réalité ou le jeu avait-il déjà commencé?

Notre critique:

Autant CRASH est cérébral, autant eXistenZ est directement charnel, très ‘premier degré’, même si le spectateur et les protagonistes ne savent jamais de quel côté de la réalité ils se trouvent.

Parsemé d’un humour subtil, tourné dans un décor intemporel, eXistenZ n’est pas qu’un simple film sur la réalité virtuelle (qui, d’ailleurs, rien qu’à ce niveau, est bien plus réussi qu’un TOTAL RECALL), c’est aussi une fable sur la communication: Allegra, la grande prêtresse du jeu, ne parvient à communiquer que par le biais de son ‘pod’; elle entraîne Ted Pikul (vierge de tout contact avec le jeu) sur la pente d’eXistenZ pour pouvoir lui parler et consommer sa relation avec lui…

Sans doute ce nouveau film de Cronenberg trompera les fans du réalisateur tant il est une sorte de retour en arrière dans sa carrière et cela même si l’essentiel de ses thèmes s’y retrouvent. Mais, une fois passé ce moment de déroute, eXistenZ se révèlera un film à portée d’un grand nombre de spectateurs avec un message plus clair que ceux que l’on trouvait dans ses derniers films.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...