Titre français: An Episode In The Life of An Ironpicker

Equipe:
Durée: 75‘
Genre: Drame
Date de sortie: 11/02/2014
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Dans le petit village de Poljice, Nazif et son frère sont ferrailleurs, ce qui leur permet à peine de survivre. Ils découpent et récoltent tous les métaux qu’ils peuvent avant de les vendre dans la ville la plus proche pour se faire un peu d’argent...

Notre critique:

Le réalisateur/scénariste Danis Tanovic avait fait sensation avec son premier long métrage NO MAN’S LAND qui mettait en scène la guerre de Bosnie vue au travers de trois personnages que tout opposait. Après être passé par des films au casting et aux sujets plus internationaux, il revient ici avec LA FEMME DU FERRAILLEUR, à un film au budget minimaliste, plus proche de ses origines, tourné avec des acteurs non professionnels, à la façon d’un documentaire de fiction.
Filmé presque tout le temps avec une caméra très mobile qui renforce le côté documentaire, le film suit au fil des jours le destin de ces laissés-pour-compte de l’Europe, de ces déshérités d’une société capitaliste qui ne parvient plus à les prendre en charge.
Très lent, très pesant aussi dans son sujet, ancré dans des paysages industriels en semi-abandon, LA FEMME DU FERRAILLEUR est un film témoignage, très âpre, qui malgré ses prix à la Berlinale 2013, risque fort de n’attirer qu’un public déjà conquis par le réalisateur.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...