Titre français: The Great Fellove

Equipe: Francisco Fellove, Josh Alexander, Matt Dillon
Genre: Film documentaire
Date de sortie:
Cotation: **** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Matt Dillon réalise un documentaire sur un oublié de la musique latine: Francisco Fellove.

Notre critique:

Matt Dillon n’est pas qu’acteur (THE HOUSE THAT JACK BUILT, GOING IN STYLE), il réalise aussi. EL GRAND FELLOVE est son deuxième long-métrage derrière la caméra. Il s’est intéressé à un grand oublié de la musique latine, Francisco Fellove. Dans les années 90, Dillon, grand amateur de musiques latines, rencontre Joey Altruda avec qui il se lie d’amitié. Tous deux partagent le même amour pour le même style de musique et pour un même artiste : Fellove. Joey se met alors en tête de rencontrer Fellove afin d’enregistrer un album avec lui. Cette aventure sera filmée par Dillon lui-même et, 20 ans plus tard, le résultat est enfin là.

THE GREAT FELLOVE est une plongée dans des univers riches, variés et très différents. C’est une introspection sur un artiste mais aussi et surtout sur son époque. Fellove est cubain mais n’a jamais été prophète en son pays. Il s’est donc exilé au Mexique, pays qui lui a offert la reconnaissance qu’il méritait. Le documentaire s’intéresse donc au contexte social cubain, mexicain mais également aux styles de musiques qui étaient populaires à l’époque, dans les années 50.

Dillon avait de la matière afin de nourrir son documentaire qui ne se plonge pas uniquement sur la réalisation de l’album dans les années 90. Il réalise une véritable plongée au cœur de la vie de cet homme atypique, certainement très peu connu en nos contrées, mais pas seulement. S’intéresser à la vie de Fellove, c’est s’intéresser à Cuba, à la révolution, à Castro, au Mexique, au scat, à la célébrité, à la musique et bien d’autres choses encore.

Même si l’on ne connait pas le personnage, le documentaire reste passionnant. Découvrir cet homme complètement atypique, un poil exubérant et son univers incroyable est un réel plaisir, et les infos quant au contexte historique, social et musical, sont toutes aussi importantes.  C’est absolument plaisant de voir cette passion de Matt Dillon pour le scat et l’un de ses illustres représentant, mais également pour la musique et la culture latine de façon plus générale. Si Dillon a choisi  d’introduire les spectateurs à cet univers peu connu via sa propre personne, il ne se met pas trop en avant non plus, ce n’est pas un film sur Matt Dillon après tout.

THE GREAT FELLOVE est une très très belle réussite qui a conquis le public de San Sebastían qui n’est pourtant certainement pas familier du chanteur cubain. Grâce aux nombreux intervenant, à la personnalité de Fellove et aux riches images d’archives, Matt Dillon a réussi son pari. Il a fait un film brillant qui ravit et réchauffe les cœurs à un point tel qu’on aimerait encore se replonger avec lui dans ses passions musicales.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.