Equipe: Alexis Michalik, Mathilde Seigner, Olivier Gourmet, Thomas Solivérès, Tom Leeb
Durée: 110‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 09/01/2019
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre: « Cyrano de Bergerac ».

Notre critique:

Le parcours d’un artiste tient finalement à peu de choses. Tel est le cas d’Edmond Rostand mais aussi du réalisateur d’EDMOND, Alexis Michalik. On doit au premier l’un des chefs-d’œuvre du théâtre français tandis que le second est à l’origine de pièces à succès à notre époque.

EDMOND a toujours été destiné à devenir un film mais, la production étant ce qu’elle est, cela n’a pu se faire au moment désiré. Michalik a donc adapté son scénario de long-métrage en pièce de théâtre. Le succès fut au rendez-vous, tant public que critique. La pièce fut même couronnée de plusieurs Molière. Suite à cette réussite, la version cinéma a pu être débloquée et Michalik, après encore quelques péripéties, a pu réaliser son rêve de cinéma. Rostand, c’est un peu Michalik lui-même, et c’est sans doute pour cela que le sujet l’intéresse tant. En effet, Edmond Rostand ne doit sa carrière qu’à Cyrano de Bergerac. Avant ça, il connu un petit succès et encore quelques uns par la suite, mais jamais rien de comparable. Michalik, lui, en compte déjà plusieurs si bien qu’il est déjà considéré comme l’un des rois du théâtre français actuel.

L’histoire que raconte Edmond, c’est comment Rostand a écrit et créé Cyrano de Bergerac. Comme Michalik le dit lui-même, l’histoire qu’il raconte n’est pas la réalité exacte mais qu’importe, il en a fait une histoire passionnante. Ce qui frappe dès le départ, c’est la théâtralité du récit et sa mise en scène. Bien que le projet ait toujours été un projet de cinéma, sa théâtralité dans la mise en scène est évidente. La façon de gérer les espaces, de faire plusieurs plans-séquences afin de garder cette fraicheur et cette narration propre au théâtre, la façon avec laquelle les personnages s’expriment, tous les ingrédients sont présents. Pour peu que les spectateurs acceptent les codes qu’a choisi le réalisateur, l’aventure sera magique. On ne peut pas parler de théâtre filmé pour autant, c’est là qu’est l’idée géniale. Michalik a gardé cette atmosphère particulière tout en faisant une vraie œuvre de cinéma de fiction.

L’écriture est soignée, très précise, très drôle. Ceux qui ont vu la pièce pourraient cependant être déçus tant les similitudes entre les deux œuvres sont nombreuses, mais, pour le même prix, ils pourraient tout aussi bien être surpris de constater à quel point la perspective du cinéma apporte de la nouveauté. Les dialogues sont excellents, les gags nombreux, les situations cocasses, tout ce que l’on aime dans les Vaudeville. Le sens du rythme est inné chez Michalik car jamais on ne s’ennuie. Les passages plus lents, plus bavards et avec moins d’action ne sont pas ennuyeux pour autant, ils sont juste parfaitement rythmés.

Enfin, impossible de terminer cette critique sans mentionner l’interprète principal, Thomas Solivérès. On a vu le jeune comédien dans de nombreux seconds rôles voire troisièmes avant de le voir cette année en premier rôle dans le désastreux LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO dans lequel il incarnait le célèbre groom. Voici qu’il a enfin un rôle à la mesure de son talent. Espérons que cela lui serve de rampe de lancement et l’amène vers plus de rôles de cette envergure.

Que vous soyez amateur de théâtre ou non, EDMOND est une comédie légère qui devrait vous plaire. Ce devrait être le premier succès du début d’année du cinéma français, succès qui sera mérité de toute façon. C’est drôle, rythmé, entrainant. Cela donne envie d’en savoir encore plus sur les différents protagonistes, de s’intéresser un peu plus au théâtre de façon générale. C’est une œuvre intelligente à ne pas manquer si vous souhaitez passer un bon moment qui allie culture et rires.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.