Equipe: Lars Ranthe, Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Thomas Vinterberg, Tobias Lindholm
Durée: 115‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie:
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Quatre amis professeurs au lycée vont décider de mettre en application la théorie d’un psychologue norvégien qui dit que l’homme serait né avec un déficit d’alcool dans le sang de l’ordre de 0,5gr. La bande décide de combler se déficit et se lance dans l'aventure en espérant que cela améliorera leur vie.

Notre critique:

On n’avait plus vu Thomas Vinterberg depuis quelques années et la sortie de son plutôt raté KURSK. Le voici de retour au pays où il a tourné DRUK (bourré en français), film qui signe également ses retrouvailles avec ses quatre acteurs principaux, Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe et Magnus Millang, comédiens qu’on a déjà pu voir dans LA CHASSE, LA COMMUNAUTÉ ou encore KURSK.

Dans DRUK, il est question de quatre amis professeurs au lycée qui vont décider de mettre en application une théorie d’un psychologue norvégien qui dit que l’homme serait né avec un déficit d’alcool dans le sang de l’ordre de 0,5gr. La bande décide de combler se déficit et se lance dans l’aventure en espérant que cela améliorera leur vie.

Rien qu’après avoir lu ce synopsis, vous pouvez déjà imaginer la suite. Des résultats prometteurs et puis l’engrenage qui va se bloquer. Ce qui compte, c’est la dynamique de groupe. Si un des éléments du groupe ne suit plus le mouvement au même rythme, toute l’expérience peut prendre une sale tournure. Mais on vous laisse la découvrir car DRUK rejoint cette catégorie de films dont la finalité importe peu, c’est plutôt le cheminement qui a de l’importance. En effet, le processus mis en place par les protagonistes va leur réserver bien des tours, des moments de joie, voire de libération jusqu’aux moments carrément dramatiques.

L’alcool est un sujet délicat et les conséquences dues à une ingurgitation excessive ne sont plus à démontrer. Vinterberg devait donc agir avec précaution pour ne pas tomber dans l’encouragement à la consommation. Il est tout de même question de consommer afin de s’ouvrir plus, de s’offrir de nouvelles possibilités et de se relâcher. Enfin, vous connaissez les effets de l’alcool. Il fallait donc en parler avec modération, dynamique dans laquelle sont les personnages aussi. Ici, ils font le choix de boire et choisissent les heures. Un alcoolique ne contrôle plus cela et c’est justement avec cela que flirte le film. L’expérience part d’un principe scientifique. Tout est donc, dans une certaine mesure, « encadré ».  Vinterberg traite ça avec beaucoup d’humour et beaucoup de sérieux. Il allie idéalement comédie et drame, en gardant parfaitement le sérieux qui s’impose.

Les personnages sont absolument géniaux et c’est dû en grande partie à leurs interprètes sans oublier les scénaristes, Thomas Vinterberg lui-même accompagné d’un autre fleuron du cinéma danois, Tobias Lindholm. Mads Mikkelsen a le rôle principal, c’est son personnage qui va réellement initier l’expérience alors que Nikolaj avait appris son existence à ses camarades, mais Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe et Magnus Millang ont autant d’importance que lui. C’est un film de groupe et sa dynamique est la principale raison d’être. Chaque comédien donne tout ce qu’il a, tant dans l’intensité que l’émotion et … dans l’état d’ébriété bien sûr.

Cela faisait un moment que Vinterberg n’avait pas délivré un film aussi enthousiasmant. DRUK possède tout ce qu’on aime dans le cinéma de Vinterberg. Au niveau de la tonalité, de l’humour, de la dramaturgie, des dialogues, des personnages, tout est présent pour que le réalisateur danois puisse, on lui souhaite, connaître un joli succès auprès du public.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.