Equipe:
Durée: 100‘
Genre: Film fantastique
Date de sortie: 06/12/2011
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Dans un vieux manoir, une servante cherche son maître Mr. Blackwood. A peine l'a-t-elle trouvé que ce dernier la tue violemment et récupère ses dents pour les fournir à de mystérieuses créatures sous le manoir qui se nourrissent de dents d'enfants...
Plusieurs dizaines d'années plus tard, une famille recomposée, le père Alex, sa fille et sa nouvelle femme Kim, viennent habiter le manoir et décide de le restaurer.

Notre critique:

Premier long métrage de Troy Nixey et déjà un scénario co-signé Guillermo del Toro… A priori on s’attend donc à du bon fantastique… au moins sur le plan du scénario.
Hélas, même si Guillermo del Toro reste souvent le garant d’un fantastique de qualité, il nous démontre avec ce DON’T BE AFRAID OF THE DARK qu’il peut aussi nous livrer un scénario de série B sans vraie originalité.
La volonté d’amener l’angoisse en partant de l’idée que la charmante petite souris de notre enfance -qui récoltait nos dents- peut aussi être très violente et ne pas ressembler tout à fait à une souris est certes un bon point de départ. Mais la dramaturgie plutôt plate et la mise en scène souvent approximative ne convainquent pas vraiment et l’angoisse, quant il y en a, manque fort de naturelle.
Si les créatures de la nuit sont plutôt réussies, Katie Holmes et Guy Pearce composent des parents très détachés de leur fille qui nuisent ainsi au fonctionnement de l’histoire en elle-même en ne donnant pas assez d’importance à la peur que rencontre la fille… Dommage donc et attendons plutôt LE PINOCCHIO écrit et produit par del Toro pour se précipiter en salle!

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...