Equipe:
Durée: 115‘
Genre: Drame
Date de sortie: 10/06/2008
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Avignon, été 2005. Ana retrouve Uli, son demi-frère israélien, à l’occasion de la mort de leur père. Elle décide de retourner en Israël à la recherche de sa fille qu’elle a abandonnée à la naissance, 20 ans plus tôt. A leur arrivée, Ana et Uli sont pris dans la tourmente du retrait des colons de Gaza.

Notre critique:

Très théâtral dans sa forme, le dernier Amos Gitai (FREE ZONE, PROMISED LAND) démarre en France sur la perte d’un père, les retrouvailles étranges d’un demi-frère Uli et de sa demi-soeur Ana et sur un vent de folie qui souffle sur la maison du père décédé. Et puis, c’est l’ouverture du testament et la surprise de la soeur que le père contraint post-mortem à retrouver en Israël la fille qu’elle a abandonné il y a vingt ans.

Toute la deuxième partie du film se déroule alors en terre d’Israël et plus précisément à Gaza durant le désengagement…

Amos Gitai ne prend jamais parti, il se contente de présenter la difficulté du désengagement et d’utiliser ce dernier comme trame de fond des retrouvailles touchantes de la fille et de la mère. Pour Ana, ce n’est pas la terre que l’on va lui arracher mais sa fille à peine retrouvée. Le parallèle est clair mais le film ne convainc pas vraiment même si Juliette Binoche se donne à fond et fait parfaitement passé ses sentiments à l’écran.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...