Equipe:
Durée: 91‘
Genre:
Date de sortie: 18/06/1996
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Delphine et Yvan s'installent ensemble. Ils sont jeunes, pas très riches, mais ils s'en moquent : il s'aiment. Cependant, leur sentiment résistera-t-il au quotidien, aux petits stress de tous les jours, aux copines insupportables, aux amis nuls, aux beaux-parents gentiment timbrés et aux tentations charnelles?

Notre critique:

DELPHINE : 1 – YVAN : 0 n’est pas tout-à-fait réussi, pourtant c’est un film sympathique. L’histoire est simple mais, curieusement, ce qui était supposé apporter son originalité – la vie commentée comme un sport par Thierry Roland et Jean-Michel Larquet – fonctionne peu. Déjà utilisé dans une courte scène de BANANAS par Woody Allen, le procédé s’étale ici sur plus d’1h30 et lasse inévitablement. De plus, les deux compères sont nettement moins à l’aise que dans la réalité et donnent même l’impression d’être assis sur une punaise à force de crispation. Heureusement, Dominique Faruggia se rattrape là où on l’attendait le moins. Les scènes intimes ont ce doux parfum de vécu. Sans être bouleversantes, elles dégagent une sincérité attachante.

Bien sûr, l’humour est au rendez-vous. NULS oblige. Absurde, discrètement aggressif, il fonctionne pour la majorité des gags. Le reste subit un peu une tendance à la lourdeur. Mais, bon. Il y en a qui aiment…

Pour sa première oeuvre, Dominique Faruggia a réalisé un film de copains. Le plaisir manifeste de l’écriture et l’ambiance joyeuse du plateau restent imprimés sur la pellicule. Et même si on peu reprocher un manque de maîtrise et un machisme latent, ce plaisir-là passe merveilleusment. Et c’est ce qui compte, non!?

A propos de l'auteur

Christophe Bruynix
Journaliste

Lorsqu'il ne gère pas la présence web de ses clients, Christophe Bruynix dévore de la fiction sous toutes ses formes. Le temps restant, il photographie, médite, soulève des poids lourds, se débat contre un "régime flexible" (fichus carbs), et il imite très bien Godzilla.