Equipe:
Durée: 102‘
Genre:
Date de sortie: 08/07/2003
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Regina, adolescente, emménage avec sa famille en Espagne. Ayant vécu aux USA, l'acclimatation risque d'être d'autant plus croquignole que la maison qui les accueille est sinistre à souhait. Pire, le jeune frère de Regina est convaincu qu'ils ne sont pas les seuls habitants de la maison. Et ce n'est pas le papa, malade des nerfs, qui sera capable de les rassurer, surtout s'il ne croit pas aux fantômes.

Notre critique:

Jaume Balaguero avait attiré notre attention en 1999 avec THE NAMELESS, un thriller dans la mouvance de SEVEN, qui distillait une angoisse palpable, basée sur la promesse de nous révéler le mal absolu, avant de se conclure en eau de boudin. A placer la barre très haut, le risque de ne pas la franchir était tout aussi haut et, hélas, platement avéré.

Néanmoins l’annonce de la nouvelle réalisation du réalisateur ibère avait de quoi retenir l’attention. Et les premières minutes du film y parviennent sans peine. Certes, on ne parlera pas d’originalité mais une nouvelle fois l’ambiance est savamment mise en place et les mains auraient même tendance à devenir moîtes. Hélas, trois fois hélas, cette bonne impression de départ est de courte durée. L’intrigue se répète, bégaie, trébuche, et quand finalement elle avance, c’est pour nous révéler une consternante machination dont tous les éléments nous avaient été révélés à notre insu dès les premières images. Le mystère vire à la mascarade et le scénario clot ses ouvertures à la manière des pires productions estampillées « horreur pour adolescents » made in USA.

Seul point réellement positif, le final pas franchement joyeux dont on n’a, à force d’ennui, pas grand chose à faire mais qui tranche tout de même par rapport aux conclusions des films évoqués ci-dessus.

Est-il besoin de préciser que Jaume Balaguero déçoit?

A propos de l'auteur

Journaliste