Réalisation: Maxime Govare
Interprètes: Vincent Elbaz, Laurence Arné, Jean-François Cayrey, Grégory Fitoussi
Scénario: Noémie Saglio, Maxime Govare

Durée: 97‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 15/11/2017
Cotation: * (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Rentrant d’une soirée très arrosée vers 4h du matin, Adrien soulage sa vessie sur sa femme, Maud, endormie dans le noir. Après cet épisode qui vient s’ajouter à bien d’autres, Maud décide de divorcer de cet adolescent attardé même si elle l’aime encore.

Lorsque l’on parle d’un adolescent attardé au cinéma, il faut croire que les directeurs de casting pensent tous à Vincent Elbaz, acteur devenu le symbole même de l’adulescence. Depuis son premier rôle dans LE PERIL JEUNE, en passant par TEL PERE TELLE FILLE et bien d’autres comédies, Elbaz est réellement devenu la personnalisation de cet état d’ado attardé. Avec DADDY COOL, il remet le couvert.

Cela étant, si Vincent Elbaz correspond au rôle et symbolise bien ce type de personnage (en étant à la limite de l’agacement toutefois), DADDY COOL, après un démarrage plutôt sympa, et malgré de bons dialogues, tombe dans un fourre-tout en forme de sketches et se traîne jouant trop sur un humour de répétition, avant d’avoir un sursaut final un peu plus enlevé.

Ce coup de mou au milieu du film est attristant d’autant que le casting est sympa et que l’idée du gars qui fait une crèche chez lui pour ne pas se faire vider par sa femme qui veut divorcer avait de quoi être originale.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou … extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains…