Equipe:
Durée: 95‘
Genre: Film d'aventures
Date de sortie: 30/06/2009
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Reprenant immédiatement là où le premier volet s’est arrêté, CRANK: HIGH VOLTAGE retrouve Chev alors qu’il survit à une chute spectaculaire qui aurait dû le conduire à une mort certaine dans les rues de Los Angeles, tout ça pour se faire enlever par un mystérieux truand chinois. Trois mois plus tard, Chev se réveille et découvre que son coeur quasi indestructible a été enlevé lors d’une opération chirurgicale et remplacé par une prothèse sur piles qu'il doit régulièrement stimuler en s’envoyant des décharges électriques.
Après avoir réussi à échapper à ses ravisseurs, Chev se retrouve encore en fuite, cette fois pour éviter le charismatique chef de gang mexicain El Huron (Clifton Collins, Jr.) ainsi que les Triades chinoises, menées par Poon Dong (David Carradine), un dangereux centenaire. Se tournant cette fois encore vers Doc Miles (Dwight Yoakam) pour son avis médical, aidé par Venus (Efren Ramirez), le frère jumeau de son ami Kaylo, et reprenant contact avec sa petite amie Eve (Amy Smart), qui n'ignore plus rien du métier de Chev, celui-ci est bien décidé a récupérer son vrai coeur et à se venger de celui qui l'a volé, se lançant dans une course électrique à travers Los Angeles, tous les moyens étant bons pour rester en vie.

Notre critique:

Après CRANK le speedé, voici CRANK 2 le survolté!

Construit comme une BD complètement déjantée, d’une crudité absolue, d’un mauvais goût évident mais tout à fait assumé, ce deuxième opus à nouveau réalisé par les deux compères Mark Neveldine & Brian Taylor est une sorte de croisement improbable entre un film Trauma réalisé par Takashi Miike et du petit budget à la Robert Rodriguez du temps d’EL MARIACHI.

Le prétexte du film -quelle source de courant trouvera Chev pour recharger son coeur artificiel- entraîne le spectateur sur le fil d’un film alternatif bien gore qu’il est nécessaire de prendre absolument au 33e degré sous peine de le détester dès les premières minutes.

Mais si vous vous laissez entraîner par l’habileté visuelle de la mise en scène, par l’humour et le couple électrique Jason StathamAmy Smart ainsi que le dernier caméo du regretté David -Kung Fu- Carradine, vous ne regretterez pas cette descente dans l’underground du cinéma américain…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...