Titre français: Conte d'Automne

Equipe:
Durée: 110‘
Genre:
Date de sortie: 22/09/1998
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Magali est viticultrice. A 45 ans, elle vit seule et isolée à la campagne depuis que ses enfants sont partis. Isabelle, une de ses amies, lui cherche un mari à son insu, à l'aide de petites annonces. D'un autre côté, Rosine, la petite amie de son fils, tente de caser son ancien professeur de philosophie, Etienne, avec qui elle a eu une liaison. C'est au mariage de la fille d'Isabelle que Magali est censée rencontrer ses deux futurs époux...

Notre critique:

Eric Rohmer, éminent réalisateur social et moraliste, clôt sa série des Contes des quatre saisons par ce Conte D’automne ou l’histoire d’une double trahison.

Rohmer restera toujours Rohmer. Cinéaste prude aux sentiments humains indéniables, il ne cesse d’analyser les états d’âmes et d’en faire des fictions. Ces dernières tournent inaltérablement autour de personnages en manque… d’émotions. Sa mise en scène se veut proche d’eux, en attente d’une explosion magique due à une rencontre, à un dialogue. Pour apprécier Rohmer, il faut être patient, savoir s’immiscer dans un milieu où on est l’invité, pouvoir attendre le moment quasi surnaturel qui nous emportera. Ici, la patience paie au détour d’un rendez-vous entre Isabelle et Gérard, choisi sur lettre. La parade séductrice de l’homme et le verdict latent d’une sélectionneuse draconienne se traduit par une joute verbale naturelle et efficace. On y plonge avec délice et légèreté. Ce bain rafraîchissant nous fait languir de la découverte des divers pots aux roses.

Marie Rivière et Alain Libolt donnent corps et charme à un couple inexistant. Ils effacent malheureusement les diverses autres saynettes. Leurs compagnons de jeu sont pourtant de dignes successeurs de l’école rhomérienne où tout vient et tout va. Les amateurs se délecteront de cette historiette morale, les autres tenteront de découvrir un cinéaste pas toujours facile d’accès, partiellement remarquable et qui n’a cessé d’être juste.

A propos de l'auteur

Journaliste