Equipe:
Durée: 96‘
Genre:
Date de sortie: 10/08/2004
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Ah le bon vieux rituel oisif du café et de la pause clope! Voilà près de 20 ans que Jim Jarmush tourne en marge de ses longs métrages une série de sketches avec pour traits communs la cigarette, le café et l'image en noir et blanc. Réunis ici sous forme de compilation, ces 11 courts métrages qui rassemblent les amis musiciens et acteurs fétiches du réalisateur, nous offrent des moments savoureux et impromptus faits de menus plaisirs et de petits riens au milieu des volutes de mégots mal éteints et des tasses du noir breuvage.

Notre critique:

Rendez-vous galant, retrouvailles entre amis, pause solo détente, break anti-stress, combien de fois nous est-il arrivé de pousser la porte d’un bistrot enfumé pour y déguster un caoua. Papoter de tout et de rien autour d’un déca, observer ses semblables et faire de drôles de rencontres devant un grand crème, refaire le monde et régler ses comptes face à un p’tit noir bien serré. Nombreuses sont les occasions et les déclinaisons pour évoquer la « pause café », moment simple et anodin auquel personne ne prête vraiment attention. Après s’être intéressé il y a de cela quelques années, aux discussions nocturnes des passagers de cinq taxis aux quatre coins du globe (NIGHT ON EARTH), avec toujours autant d’élégance et de raffinement, Jim Jarmusch nous rappelle une fois encore son goût pour les moments fortuits en élevant cette fois le rituel de la cigarette et du café au rang d’œuvre artistique.

Une table, quelques chaises, un décor en noir et blanc, deux ou trois personnages et quelques doses de caféine et de nicotine, si le postulat de départ de chacun des sketches proposés peut paraître simpliste, c’est mal connaître le talent et la liberté de ton du réalisateur new-yorkais. Non seulement son COFFEE AND CIGARETTES nous épargne les aigreurs d’estomac d’un arabica mal préparé et le picotement des yeux provoqué par une blonde mal éteinte, mais en plus, il nous offre onze rendez-vous impromptus avec la fine fleur de son carnet d’adresses. D’un épisode à l’autre, tournés au hasard de l’inspiration et des calendriers de sa bande d’amis rappeurs (RZA, GZA), rockeurs (Tom Waits, Iggy Pop, The White Stripes) et acteurs (Benigni, Buscemi, Murray…), Jarmusch nous invite avec malice à s’asseoir à la table de tout ce joli monde dans une succession de saynètes éclectiques plus ou moins improvisées.

Tantôt anecdotiques, absurdes, loufoques, décalées ou facétieuses mais toujours imprévisibles, les conversations s’enchaînent abordant des sujets aussi variés et surprenants que la théorie du complot contre Elvis, l’art de préparer le thé anglais, l’utilisation de la nicotine comme insecticide, la généalogie ou encore les glaces à l’eau. Forcément en fonction des thèmes débattus et selon si l’on est buveur d’eau ou fumeur comme un pompier, on ne pourra s’empêcher de classer cette compilation de savoureux courts métrages avec plus ou moins d’intérêt et selon ses affinités et ses connaissances de l’univers « Jarmuschien ». Qu’importe après tout, pourvu que l’on se laisse prendre au jeu de ces taffes de cinéma, allez Jim, remets-nous ça!

A propos de l'auteur

Journaliste

Journaliste