Equipe:
Durée: 136‘
Genre: Drame
Date de sortie: 26/04/2005
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Ken Carter tient un magasin de sport dans un quartier défavorisé de Los Angeles, Richmond. Et lorsque son ancien lycée lui propose de reprendre le coaching de l'équipe de basket, il ne se pose pas trop de questions et fonce dans une entreprise qui s'avérera bien plus difficile qu'il ne le croyait.

Notre critique:

La recette qui marche à Hollywood? Un zeste de success story selon le modèle américain, une adaptation d’un fait divers réel (ne pas oublier d’insister sur le REEL), le tout arrosé d’une musique branchée principalement afro-américaine… C’est en gros ce qui sous-tend ce COACH CARTER qui se veut moraliste et positif. En mettant l’accent sur la lutte entre l’attrait de la rue et les vertus du sport, ce récit n’échappe hélas pas au schéma traditionnel de ce type de film: entraînement dur et difficile, échec, re-lutte contre l’adversité, réussite et trois petits tours et puis s’en vont.

En jouant sur les tableaux sociaux et sportifs, le film tente de donner une image positive du sport comme moyen de s’en sortir face à une société qui multiplie les laissés-pour-compte mais s’enferre surtout dans les clichés les plus simplistes et les caricatures minimalistes. Le tournoi de Basket de Bayhill en est un merveilleux exemple avec ses blancs bourgeois contre les noirs et les portoricains défavorisés. Même si le but est louable: essayer de ramener dans le droit chemin des jeunes par la notion d’études sportives, on regrettera un traitement décidément trop simpliste.

Cela étant, certains sujets abordés en toile de fond comme l’avortement, le retournement final du coach, sont courageux dans une Amérique sclérosée, malade de ses gangs d’ado et de son éducation en dessous de tout. Et même si tout le monde il est finalement beau et gentil, mieux vaut un COACH CARTER au message positif qu’un EMPIRE DES LOUPS violent et vain…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...