Equipe: Aubrey Plaza, Gabriel Bateman, Lars Klevberg, Mark Hamill, Tyler Burton Smith
Durée: 90‘
Genre: Film d’'horreur
Date de sortie: 19/06/2019
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un employé de Kaslan, la société qui fabrique les poupées, est viré et, pour se venger, désactive tous les protocoles de la dernière poupée qu’il doit terminer...

Notre critique:

Il faut bien reconnaître qu’on a un peu perdu le fil avec la saga Chucky alors qu’arrive déjà le huitième volet. Enfin, plus que d’une suite voire d’un reboot, considérons plutôt ce CHILD’S PLAY comme un nouveau film dans l’univers Chucky.

Cette fois-ci, au contraire du premier épisode, qui porte le même titre, pas question d’une raison fantastique pour expliquer pourquoi Chucky est en vie. La vérité est plutôt technique et « rationnelle ». Un employé de Kaslan, la société qui fabrique les poupées, est viré et, pour se venger, désactive tous les protocoles de la dernière poupée qu’il doit terminer. La poupée est envoyée dans le circuit traditionnel de vente et est logiquement rapportée en magasin car défectueuse. En effet, elle a les yeux rouges! A deux semaines de la sortie du nouveau modèle, la vendeuse s’arrange pour ramener la poupée chez elle, pour l’anniversaire de son fils Andy.

La particularité de ces poupées, c’est qu’elles peuvent se connecter à tous les appareils Kaslan que comporte la maison. Coucou le petit clin d’œil à Apple… L’autre particularité, c’est que ce sont des amis pour la vie. Quand quelqu’un se met entre Andy et Chucky ou bien si Andy désire voir quelqu’un quitter sa vie, son beau-père par exemple, Chucky va régler ça, à sa manière…

CHILD’S PLAY ne renouvelle rien, n’apporte aucune idée neuve mais, en ces temps pauvres en ce qui concerne les slashers, c’est un véritable plaisir de voir un film qui fait bien ce qu’il doit faire. Ce qu’on attend en allant voir ce genre de film ce sont des morts, du sang et un peu d’humour. Le contrat est parfaitement rempli. Chucky est finalement assez sympa, Andy est un bon partenaire et, ensemble, ils forment un duo d’enfer. Au niveau des morts, et il y en a quelques unes, elles sont inventives et généreuses en sang. Les litres d’hémoglobines font en sorte que le film soit carrément interdit aux moins de 16 ans, interdiction probablement justifiée. Pour le reste, si vous aimez voir de nombreux morts, un peu trash, les poupées tueuses et les soirées sympathiques entre potes, CHILD’S PLAY est fait pour vous!

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.